Les chevaux : 10 choses à savoir (3/3)

Les chevaux : 10 choses à savoir (3/3)

Comme promis, aujourd'hui on aborde la dernière partie de notre série à propos des chevaux. Après un article d'introduction et un autre à propos des harnachements, je vous propose d'aborder 10 points divers et variés pour parfaire l'introduction de chevaux dans nos romans.

Cet article ratisse assez large et ne présente que des résumés des différents points développés, si vous désirez que j'en développe certains, n'hésitez pas à me le demander !  wink

1. Le comportement d'un cheval

A l'instar des êtres humains, les chevaux ont également un langage corporel qui leur permet d'être compris. Même si je crois que nous avons pas besoin d'un doctorat et de 20 ans d'expérience pour reconnaître des réactions générales de peur ou d’agressivité, je pense qu'il peut être sympathique de rappeler quelques détails de leur comportement qui semblent anodins mais qui, en réalité en disent long.

Ici, je ne vais vous détailler que le langage des oreilles parce que c'est le premier que l'on apprend, en général, lorsque l'on commence l'équitation, mais aussi parce qu'il s'agit du plus simple à appréhender... et à décrire dans un livre ! Je crois que ce serait également très long de tout vous décrire et je ne voulais pas faire un article juste pour le langage corporel de nos amis équins. Aussi, pour les autres langages (les yeux, la tête, la queue, les jambes,...), je vous renvoie au très bon pdf écrit par le centre équestre de Carhaix : Comportement du cheval à l'écurie et au travail.

Les oreilles droites ou en mouvementLes oreilles droites ou en mouvement :
Le cheval est attentif, il surveille son entourage. Dans la nature, un ou plusieurs chevaux restent vigilants afin de voir venir la moindre menace.

 

 

Oreilles tombantesLes oreilles tombantes :
Cette position peut être signe de soumission, de décontraction mais également de sommeil (lèvres tombantes et encolure basse). Certains chevaux ont toujours les oreilles dirigées vers l'extérieur on les appelle "oreillards ".

 

 

 

 

Oreilles dressées et tournées vers l'avantLes oreilles dressées et tournées vers l'avant :
Le cheval est très attentif. Il décèle un bruit qui l'inquiète ou l'intéresse (comme un paquet de carottes que l'on ouvre) et fixe ses oreilles vers la source pour en découvrir l'origine.

 

 

 

Oreilles légèrement sur l'arrièreLes oreilles légèrement tournées vers l'arrière :
Le cheval commence à se méfier de quelque chose ou vous commencez à l'exaspérer.

 

 

 

Oreilles couchéesLes oreilles couchées :
Le cheval est agressif, voire menaçant. Il peut attaquer (mordre).

 

 

 

2. Voyager à cheval, ça fait mal aux fesses

Ça paraît ridicule dit comme ça, mais combien de héros de fantasy avez-vous entendu (lu plutôt) se plaindre de ce genre de douleurs dues à de longues chevauchées (à dos de n'importe quel animal, d'ailleurs) ?
Personnellement, je ne me rappelle que de Bilbo dans Bilbo, le Hobbit de J.R.R. Tolkien et d'Eragon dans L'Héritage de Christopher Paolini.

Pourtant, passer de longues heures à cheval (ou autre) c'est comme les longs trajets en voiture : à la fin on est un peu courbaturé de partout. Avec les chevaux, c'est surtout le postérieur qui souffre quand on manque d'habitude mais également le dos, les épaules, les hanches, les cuisses et parfois les genoux et la nuque.

Il est important également de rappeler que la tenue du cavalier joue beaucoup dans son confort. Monter à cheval provoque des frottements dans l'intérieur des jambes du cavalier, c'est pourquoi il faut éviter de porter des pantalons avec des coutures à l'intérieur et privilégier des vêtements avec des renforcements au niveau des cuisses et des genoux.
N'oubliez pas les gants, également, car les cloques arrivent très vite sur les mains (et entre les doigts, c'est du vécu !) à cause des rênes.

Dans vos romans, n'hésitez pas à jouer de ce genre de détails. Ça augmente le réalisme wink

3. 70,76km/h

Il s'agit du record de vitesse d'un cheval de course mesuré par le Guinness des records lors d'une course en Pennsylvanie en 2008. Les vitesses moyennes de chaque allure sont de :

  • 6km/h pour le pas,
  • 14km/h pour le trot,
  • entre 20 et 40km/h pour le galop,
  • 60km/h pour un galop de course.

Il s'agit, bien entendu d'allures moyennes. Ces vitesses dépendent de l'âge du cheval, de sa condition physique, du poids qu'il transporte, etc.

4. 40 km

Il s'agit de la distance qu'un bon cheval chargé de son cavalier peut parcourir en une journée (de 7 ou 8 heures) sans que le cheval ne soit trop affecté. Les allures de ce trajet sont principalement le pas et le trot. Les chevaux les plus endurants peuvent parcourir jusqu'à 100km (pas et trot) en une seule journée.
Il est possible de parcourir une centaine de kilomètres sur terrain plat avec un cheval au galop (en cas de fuite, par exemple), mais il faut envisager de changer de monture avant de reprendre la route ou de lui laisser plusieurs jours de repos.

Cette distance varie également en fonction de la charge, portée ou tractée, par le cheval et de la qualité du terrain (on n'avance pas de la même manière sur un terrain plat qu'en pleine montagne).

5. 10%

C'est la moyenne du poids qu'un cheval peut porter ou tracter : entre 10 et 15% de son propre poids.

Il faut tenir compte que les poneys et les chevaux de traits, plus trapus et à l'ossature plus solide peuvent porter/tracter des charges proportionnellement plus lourdes que les chevaux de selle, plus fins et plus fragiles.

Pour pouvoir vous aider à compter :

  • un poney pèse entre 200 et 450kg,
  • un cheval de selle pèse entre 400 et 600kg,
  • un cheval de trait pèse entre 500 et 1200kg.

Bien entendu, comme partout, il existe des poneys de poche qui pèsent à peine 100kg tout mouillé (le falabella, race de "cheval d'intérieur") et des mastodonte façon colosse de Rhodes qui dépassent les 1500kg.

6. Un cheval, ça dort debout

En général, effectivement, les chevaux ne dorment pas couchés. En vérité, ils ne dorment que 3 à 4h maximum allongés et uniquement par tranche de 15 ou 20 minutes. C'et dû au fait que, à l'état sauvage, les chevaux sont des proies. Dormir couché les empêchent de correctement entendre et voir venir les prédateur (cause des hautes herbes qui parasitent leur ouïe et bouchent leur vue) mais les ralentissent également dans leur fuite car il leur faut plusieurs secondes pour se relever.

Quant à savoir comment ils parviennent à dormir debout, je vous laisse notre cher Jamy vous l'expliquer :

7. Tout n'est pas bon à manger

Il existe certaines plantes particulièrement toxiques pour les équidés. Parmi les plus courantes, il y a :

  • le buis qui cause des tremblements, des convulsions et la mort,
  • la grande cigüe qui paralyse et tue en 1h,
  • l'if qui provoque des troubles de l’équilibre et des convulsions menant rapidement à la mort, c'est la seule plante qui n'a pas d'antidote,
  • le bouton d'or (la renoncule bulbeuse) qui cause diarrhée et urine ensanglantées, mort si la consommation importante. Le bouton d'or a très mauvais goût, le cheval le recrache en général,
  • le pissenlit qui provoque des troubles du mouvement pouvant rendre nécessaire une euthanasie.
  • le thuya qui provoque des gastro-entérite en cas de consommation importante.

Vous pourrez une liste plus exhaustive sur Wikipédia et avec des photos : Plantes toxiques pour les équidés.

8. Tiques, taons et autres mouches

On m'a toujours dit que "les petites bêtes ne mangeaient pas les grosses". En grandissant, j'ai appris que cet adage n'était pas vrai et que, même si les plus petits ne mangeaient pas toujours les plus gros, il était pourtant possible que les petits fassent du mal aux plus gros. C'est le cas des insectes dont je vais vous parler.

Étant donné que je déteste être surprise par des photos d'araignées ou d'autres arthropodes pas sympa, je vais éviter de mettre des photos, au cas où... wink

  • La tique : ce petit arthropode va loger sa tête sous la peau du cheval et lui innoculer le parasite de la piroplasmose. On retrouve ce parasite surtout au niveau des jambes et du ventre du cheval.
    Si vous voulez des photos : wikipedia : Tique.
     
  • Le taon : cet insecte est rarement porteur de parasite comme peut l'être la tique. Dans le cas du taon, il s'agit surtout de morsures qui provoquent de vives douleurs. D'où les réactions, parfois violentes, des chevaux, réactions particulièrement redoutées des cochers d'autrefois et des meneurs d'aujourd'hui.
    Si vous voulez des photos : wikipédia : Tabanidae.
     
  • Les mouches : le terme de "mouches" ici regroupe tout ce qui constitue la famille des diptères. Ces mouches ont souvent la fâcheuse tendance à injecter une enzyme dans les plaies qui empêchent la cicatrisation, ce qui cause des infections. Elles peuvent également inoculer divers parasites mais aussi pondre des œufs dans les poils des chevaux qui, en se léchant, ingèrent les œufs et les larves qui peuvent parasiter son système digestif.
     
  • Les bourdons, guêpes et frelons : en général, ces insectes sont très peu agressifs envers les chevaux, qu'ils ne piquent que s’ils se sentent menacés. En revanche, leurs attaques peuvent être très violentes et très douloureuses, et provoquer des œdèmes plus ou moins sévères, sans compter le risque de choc anaphylactique comme qui peuvent se produire chez l'homme.

9. Ils aiment les câlins

Après toutes ces joyeusetés et afin de nous remonter le moral, je voudrais vous dire à quel point les chevaux sont des animaux sensibles et affectueux, définiton qui ne colle pas vraiment avec la représentation littéraire et cinématographique que l'on fait de nos amis les équidés. En effet, dans la réalité les chevaux sont loin d'être aussi passifs que dans la fiction. Ils sont très attentifs et réactifs à ce qui les entourent et à leur cavalier.
Flattez-leur l'encolure de temps en temps, glissez-leur des mots doux à l'oreille pour les réconforter, gratouillez-les derrière les oreilles et je peux vous jurer qu'ils se plieront en quatre pour vous. Les chevaux vous manifestent leur affection en étant attentif à tout ce que vous dite et faites (je vous renvoie au premier point de l'article) mais aussi en se frottant vigoureusement la tête contre vous de temps en temps. Dans ce cas-là, je vous conseille vivement d'écarter votre menton de la trajectoire du front de votre monture. 

En toute honnêteté, je pourrais m'émpancher des heures sur la relation privilégiée que l'on peut entretenir avec un cheval mais je vais m'arrêter là.

10. Les alternatives au cheval

Toutes les cultures et toutes les bourses n'utilisent pas le cheval comme monture ou bête de somme. De plus, parfois le cheval n'est pas non plus adapter au terrain. Dans ces rôles (et dans le monde réel), on peut également croiser :

  • l'âne : l'âne peut être considéré comme le cheval du pauvre. Il coûte moins cher et est tout aussi robuste et travailleur que le cheval.
  • la mule et le mulet : il s'agit d'hybrides stériles engendrés par un âne et une jument. Il est très apprécié car il mêle d'un côté la force du cheval et de l'autre la robustesse et la rusticité de l'âne. Il est réputé résistant, le pied sûr, endurant, courageux et intelligent.
  • le bardot : il s'agit d'un hybride stérile issu de l'accouplement d'un étalon et d'une ânesse. Leurs caractéristiques physiques et morphologiques sont presque identiques à celles des mules et mulets.
  • le chameau et le dromadaire : les camélidés sont très appréciés au Magheb et au Moyen-Orient en tant que montures et bêtes de somme. Au vu des terrains accidentés qui parcourent leurs terres natales, il est rare qu'ils soient utilisés comme bête de trait.
  • l'éléphant d'Asie : en Asie (en Inde et les pays alentours comme la Thaïlande, le Viêtnam, le Laos, le Cambodge, le Népal,..) les éléphants sont les montures des cornacs. Ils sont surtout utilisés comme moyen de transport de matériaux dans les zones difficiles.
  • le boeuf : le boeuf est souvent utilisé comme bête de somme et bête de trait notemment pour tirer la charrue lors du labour.
  • le yack : le yack peut être utilisé comme monture et comme bête de somme par les tribus mongoles.
  • le renne : le renne a été domestiqué par les populations scandinaves et sibériennes pour servir de monture (parfois) mais aussi de bête de somme et de trait, notemment pour tirer les traineaux.
  • le lama : le lama est très souvent utilisé comme bête de somme dans les régions montagneuses des Amériques (Nord, Centre et Sud), son agilité lui permet de rester stable dans les terrains montageneux mais aussi de pouvoir plus facilement trouver son chemin grâce à son instinct de grimpeur-né.
  • l'autruche : l'autruche est devenue une monture au cours du XXe siècle plus par recherche d'originilaté et de divertissement que par réel besoin.
  • le chien : on l'oublie souvent, mais le chien est un animal de trait lui aussi. Les huskys ne tirent-ils pas des traineaux ? En outre, jusqu'à l'entre deux guerres, le chien a longtemps été utilisé pour tirer de petites carioles (souvent celle du livreur de lait). Durant la première guerre mondiale, c'étaient des chiens qui tiraient les mitrailleuses et parfois les brancards.

 

Voilà ! Ainsi s'achève cette petite série sur les chevaux. J'espère qu'elle vous a plu et, si vous désirez éclaircir certains points que je n'ai pas abordés, n'hésitez pas à me le dire ! smiley

Commentaires

Je n'aurais jamais cru que le cheval ne supporte pas le pissenlit ! Bonne chose à savoir.

Encore une précieuse source d'infos et de conseils, que je ne manquerai pas d'utiliser ;)

Si cet article t'est utile, alors je suis ravie wink

Vraiment intéressant, tout ça !
Merci pour ces articles, qui doivent te demander des heures de recherche (y compris pour les photos). ♥

Merci ! wink

J'avoue que je passe pas mal de temps à faire des recherches pour la plupart de mes articles. Quant aux photos : merci Wikipédia ! laugh

Wow ! Et bien voilà un article qui tombe pile quand j'en ai besoin ! xD

Merci, merci, merci et merci beaucoup, grâce à toi je comprends un peu mieux les chevaux !! C'est très bien expliqué, très clair, et très agréable à lire. :)

Tiens, juste une question qui me vient et qui n'a rien à voir avec les cheveux : les avis de recherche existaient-ils au moyen-âge ? Ou n'est-ce qu'un "cliché" western ? Ou alors ce n'était qu'une description écrite des personnes recherchées ? Je n'ai actuellement rien trouvé de concret alors je me tourne vers toi, et si tu n'en sais rien non plus... pas de problèmes ! ^^

Je suis ravie si cette série d'articles a pu t'aider ! wink

Concernant les avis de recherche au Moyen-Âge, les portraits placardés façon Western n'existaient pas puisque seule une très faible partie de la population savait lire. En revanche, il existait des crieurs publics qui pouvaient mettre les villageois en garde contre certains individus.

Ajouter un commentaire