Isulka la mageresse (La Pierre d'Isis 1) de Dorian Lake

Isulka la mageresse (La Pierre d'Isis 1) de Dorian Lake
Titre : 
Isulka la mageresse (La Pierre d'Isis 1)
Auteur-e : 
Dorian Lake
Genre(s) : 
Fantasy
Éditeur : 
Lune Écarlate
Date de parution : 
20/09/2016
Ma note : 
7/10
Résumé - Quatrième de couverture : 

Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.
Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague qu’on lui aurait dérobée, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur réelle et symbolique du joyau. Plus question pour Isulka et Scipione de travailler à prix bradés.
L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, une course-poursuite s’engageant entre les protagonistes, des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne…

Mon avis : 

J'ai beaucoup aimé l'univers dans lequel on évolue bien que j'ai été déçue : le roman était estampillé steampunk et, hormis le fait qu'il se déroule au XIXe siècle, il n'y a aucun autre élément du genre : pas de "steam-machines" sur-évoluées, pas de détails sur la science ou l'ingénierie. J'ai donc beaucoup de mal à considérer ce roman comme étant un roman "steampunk".
A part cela, j'ai beaucoup aimé voyager entre Paris et le Caire. La mythologie mise en place par Dorian Lake est également très intéressante et j'aurais aimé en apprendre davantage.

Les personnages sont très agréables à suivre. J'ai particulièrement aimé la personnalité d'Isulka, une femme intelligente, rusée et indépendante, très loin des stéréotypes. Aslin et Ladd sont également des personnages que j'ai beaucoup appréciés. En revanche, j'ai trouvé Scipione assez prévisible.

Le style est fluide et direct, ce qui correspond parfaitement à l'ambiance et au ton de l'histoire et des personnages. J'ai toutefois eu un léger manque quand il s'agissait de décrire Paris : autant les descriptions de l'Égypte permettaient de très bien se faire une idée de l'environnement et de l'ambiance, autant, à Paris, les descriptions étaient plus succinctes et j'ai eu plus de mal à me figurer des ambiances dans les rues de cette ville.

L'intrigue est digne d'un roman d'aventure du XIXe, romans que j'aime beaucoup et que je ne lis pas assez. C'était très agréable de suivre les péripéties des personnages. En outre, la fin énigmatique de ce tome augure que l'on devrait avoir une suite tout aussi riche en rebondissements.

En bref, un très bon premier roman avec une mageresse qui vaut le détour et que j'ai hâte de retrouver !

Où l'acheter ? : 

Commentaires

Merci Zaha pour ta chronique !

Je suis désolé si tu attendais du steampunk.
En effet, ce n'en est pas. Le seul point commun, c'est l'époque.
Juste pour que je comprenne: tu as vu où que ça en était ? On m'a déjà fait la remarque sur le genre, mais je ne crois pas que l'éditeur le présentait comme tel.

Merci encore ! :D

Ça doit âtre à cause de la collection "Lune Mécanique" => mécanique = Steampunk dans ma tête et pas Gas Lamp fantasy Beee

Ajouter un commentaire