FAQ #1 : écrire de la Fantasy

Aujourd'hui, je vous réponds !

Ça fait très discours politique, non ? ^_^

Voici donc la première série de questions que vous m'avez posées durant la FAQ. Je dis première série car vous m'avez posé beaucoup de questions dont certaines demandaient de longues réponses (certaines feront d'ailleurs l'objet d'articles entiers).
Il y a quatre séries, chacune portant sur un thème différent, à savoir : l'écriture de la Fantasy (cet article-ci), l'écriture en général, le blog et la Fantasy et les questions personnelles.

Les auteurs anglophones dont les ouvrages ont bien marché sont souvent traduits et publiés dans d’autres langues, mais cela marche-t-il en sens inverse ? Un auteur francophone ayant écrit, par exemple, une saga de romans fantasy qui a particulièrement bien marché peut-il être traduit et publié dans d’autres langues ?

Oui, bien sûr !

Il est fréquent de voir des auteurs francophones traduits dans d'autres langues européennes comme l'allemand, le tchèque, l'espagnol... En anglais pour une exportation outre-Manche et outre-Atlantique, cela arrive aussi, mais ça reste rare. D'abord parce que les marchés de SFFF britannique et américain sont déjà submergés par leur propre production, ensuite parce qu'ils sont peu ouverts aux cultures étrangères. C'est surtout le cas pour les Américains, même si ça dépend beaucoup des États (certains sont plus ouverts que d'autres). Je sais que Pierre Pevel a été traduit en anglais et est vendu aux États-Unis.

 

Comment écrire de la Fantasy sérieuse qui claque, qui impressionne, avec un bon sense of wonder, sans retomber dans les clichés souvent associés au genre (sexisme, personnages prétextes et peu construits) ?

Je rappelle vite fait ce qu'est le sense of wonder : il s'agit du sentiment de vertige et d'émerveillement que le lecteur/spectateur éprouve face à l'explication rationnelle de la merveille constitutive du récit de science-fiction.
En gros, c'est quand, après 7 pages de bulles explicatives d'un tome de Balck et Mortimer, vous vous dites OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! avec l'impression d'avoir bu quelques verres de trop.

(Et avec cet exemple de Black et Mortimer, je me dis que je dois avoir perdu les lecteurs du blog qui ont moins de 25 ans... THE coup de vieux...)

Bref !

Du coup, comment écrire de la Fantasy qui émerveille sans tomber dans les clichés... Et bien... Je pense que c'est un peu la question à 10 millions d'Euro qui est un peu la jumelle de « Comment écrire un best-seller ? » (question à laquelle j'ai déjà répondu dans les articles Ma recette miracle pour écrire des best-seller et Les best-seller).

Quant à éviter les clichés, je pense qu'il faut juste réfléchir en écrivant et ne pas tomber dans les facilités. Je sais que c'est facile de dire qu'il "suffit" de réfléchir en écrivant et en construisant son intrigue et ses personnages. Pour moi, toutes les questions du sexisme, de l'épaisseur de nos personnages, de leur intérêt et rôle dans l'histoire sont à penser en amont, pendant la phase de préparation du récit.
J'ai écrit quelques articles sur ces différents sujets :

Et pour ce qui est de créer une Fantasy qui claque, c'est à l'appréciation de chacun. La première chose à savoir, c'est que nous sommes toujours de très mauvais juges de nos propres romans.

J'ai tout de même envie de vous dire que même si vous y mettez toutes vos tripes pour éviter de créer des personnages creux et/ou stéréotypés, il y aura toujours des lecteurs et des lectrices qui n'apprécieront pas vos personnages. Par exemple, pour moi, c'est sûrement le point le plus mitigé de mon roman, alors même que j'ai mis un point d'honneur à ne pas tomber dans un excès ou l'autre, à faire très attention à leurs réactions, à leurs comportements, à leurs manières d'être... Certain-e-s trouvent mes personnages géniaux, d'autres les trouvent plats et sans intérêts et d'autres encore les trouvent caricaturaux.
C'est pareil pour mon univers : on le trouve classique, banal, original ou classique avec des touches d'originalité. Personnellement, je voulais créer un univers façon "vieille école" de la Fantasy donc, on me dit qu'il est classique avec des touches d'originalité, je trouve que c'est ce qui le décrit le mieux de mon point de vue.

On ne fera jamais l’unanimité et il faut se le rappeler. Je pense donc qu'il ne faut pas penser aux autres quand on écrit (du moins, jusqu'à la phase de la bêta-lecture) et de surtout créer ce qu'on veut créer. Pour moi, qu'il n'y a qu'en croyant profondément à ce qu'on écrit, en l'univers que l'on crée, que l'on peut créer ce sense of wonder. Car comment émerveiller les autres avec nos écrits s'ils ne nous émerveillent pas nous-même ?

 

Je n'arrive pas à écrire des scènes de batailles ou même de combat (avec juste quelques personnages, voire juste 2), et encore moins si il y a de la magie (et pourtant, la magie est centrale dans mon histoire). Les scènes sont toujours hyper confuses et difficiles à comprendre... des astuces ?

Cette question-là mérite un article entier...

Ce que je fais et que je conseille de faire, c'est de commencer par visualiser la scène. Ensuite, une fois qu'on voit vraiment ce que l'on veut écrire, de la faire défiler (dans sa tête) en une sorte de slow motion afin de pouvoir décomposer chacun des mouvements et de les décrire, quitte à trancher dans le vif à la relecture.

Ensuite, il y a quelques techniques stylistiques qui permettent de rythmer les scènes et d'appuyer les propos :

  • Écrire des phrases courtes qui se succèdent permet de créer une forme de halètement, comme si le lecteur était aussi essoufflé que le personnage.
  • Limiter les paraphrases et les descriptions.
  • Utiliser un vocabulaire adapté (des mots durs, des dénominations assez précises, des explications concises...) afin de ne pas ralentir l'action et d'accentuer (ou d'atténuer) un effet de cruauté, de violence...
  • Décrire les sensations (douleurs, joie d'avoir touché l'adversaire, essoufflement...) et les attitudes des personnages.

En ce qui concerne la description de l'utilisation de la magie, cela dépend du point de vue considéré. Si le point de vue est interne ou omniscient, c'est toujours sympa d'avoir une description des sensations du personnage quand il utilise son pouvoir. Si le point de vue est externe, il faut décrire ce que fait le personnage et les effets magiques qui en découlent.

Dans tous les cas, il faut toujours respecter la chronologie du combat : pour mes premières scènes de bataille, j'avais tendance à vouloir tout gérer en même temps. Je finissais, évidemment, par m'emmêler les pinceaux. Le mieux, c'est de vraiment prendre son temps pour écrire, étape par étape, ce qu'il se passe. Ce n'est pas parce qu'une scène de combat se lit vite qu'il faut l'écrire vite, c'est important de se le rappeler.

La dernière chose que je conseille, c'est de lire des scènes de combat et de les analyser, de vraiment bien observer les mots et les tournures de phrase utilisés afin de s'en inspirer.

 

Est-ce une bonne idée de mettre des noms réels dans un univers différent du nôtre ? J'ai peur que ça fasse sortir de l'histoire mais je ne sais pas non plus comment inventer des noms…

Tout dépend de ce qu'on entend par noms réels wink Parmi les noms des personnages de mon roman très peu ont été inventés. Ça veut dire que Adelbeorth, Shéa, Kaïnan, Phaedra, Gareth, Taël, Maëryn, Edan, Dogan, Mervynn, Winandus, Will, Liam, Derryl, Ernest, Jacques, Marc, Maelia, Darius, Gawaïn, Nath... sont des prénoms qui existent. Et ça n'a choqué personne.

En revanche, je sais que certaines personnes sont dérangées par la présence de noms "modernes" pour l'un des personnages principaux dans un univers medfan. Nathalie Bagadey m'a confié qu'une de ses lectrices avait été dérangée par le fait que le personnage masculin de Tempétueuse Sylvine s'appelle Olivier parce que c'est un "vrai" prénom. Pourtant, Sylvine est aussi un vrai prénom (l'une des formes du féminin de Sylvain), Sopheline également, pareil pour Achille et pour d'autres personnages de ce même roman.

Je pense que ça peut éventuellement déranger si les noms sont des noms modernes et courants (comme Olivier justement). En revanche, si les noms sont rares et/ou vieux (comme c'est le cas pour le prénom Adelbeorth dans mon roman, par exemple) ça dérange beaucoup moins. Je crois surtout que ce qui peut faire sortir de l'histoire, c'est le côté contemporain d'un nom quand on s'évade dans un récit loin de nous (comme un récit d'inspiration médiéval ou, au contraire, futuriste) et je crois que c'est là que pour certaines personnes, il se passe une sorte de freeze temporel.
Cependant, pour moi, en tant que lectrice, ça ne me dérange pas du tout.

Donc, je pense que, encore une fois, il ne faut pas se prendre la tête et qu'il vaut mieux faire comme on le sent. Parce que, de toute manière, ça ne plaira pas à tout le monde, alors autant que ça nous plaise au moins à nous wink

 

J'ai beaucoup d'idées et je n'arrive pas forcément à les organiser, je ne sais jamais par où commencer, je pensais faire une frise chronologique avec tous les événements, mais je n'ai pas encore une idée précise de TOUT ce qui se passera dans mon histoire, j'ai fait une carte du monde pour m'aider à visualiser (et organiser le voyage de mes personnages de façon cohérente), j'ai essayé aussi de faire les background de tous mes personnages principaux etc... Comment fais-tu pour t'organiser et par où commences-tu ?

J'ai expliqué ma manière de travailler dans un article dédié : Ma méthode d'écriture, si ça peut aider. J'ai aussi écrit un article sur l'organisation de la préparation de son roman : Dans quel ordre doit-on créer les éléments d'un univers ?

En résumé, je bosse tout en même temps. Mes idées me viennent toujours compte-goutte et jamais dans l'ordre. Du coup, je n'attends pas d'avoir terminé un point pour entamer le suivant, je note au fur et à mesure de mes idées. Pour ne pas me perdre dans l'organisation, je commence par créer des "fiches" (comprendre "documents word") à thème et, au fur et à mesure que les idées me viennent, je les notes sur les fiches correspondantes.

Dans ce cas-ci, je pense que c'est également ce qu'il faut faire, et ce, même si tous les éléments ne sont pas encore développés (ou juste existants).

Créer un univers, c'est un peu comme un puzzle : on commence par trier les pièces avant de chercher à les assembler en fonction de celles que l'on pioche dans nos différents tas. C'est pareil avec nos idées pour nos romans : il faut commencer par les trier, petit à petit, avant de les assembler en fonction des idées qui nous viennent.
Donc autant commencer une frise chronologique, quitte à la modifier ou à la compléter plus tard. Idem pour les background des personnages, la géographie, le plan de l'intrigue, etc.

 

Comment gérer la cohérence de la magie dans les œuvres ?

En respectant les règles d'or de la magie que je détaille dans l'article Les 5 règles d'or de la magie wink

 

Comment faire si pour créer un univers tout va bien, mais que pour le mettre sur papier ce n'est pas la joie ? (Manque de talent pour l'écriture).

Je ne crois ni au talent, ni au manque de talent. Je ne crois qu'au travail et à la persévérance.

La seule chose à faire pour apprendre à écrire, c'est d'écrire. Il n'y a pas de secret. Il faut tester, se tromper, effacer, recommencer. Encore et encore. L'idéal pour ça, c'est la nouvelle : comme c'est un récit court, ça permet d'écrire des récits complets et donc d'avoir une meilleure vue d'ensemble de notre style, de voir nos points faibles et nos points forts. De même, comme la nouvelle est un récit court, la moindre petite erreur ne pardonne pas : on peut pas la noyer dans une marée de mots comme les débutants le font souvent dans les romans. Il est donc beaucoup plus aisé de repérer ce que l'on doit améliorer.

Je pense que je ferai un article complet sur comment travailler et améliorer son style. Dites-moi dans les commentaires si ça vous intéresse que je vous donne mes petits trucs et astuces.

Un autre point que j'aimerais relever, c'est le fait que certaines personnes ne sont pas faites pour écrire des histoires. Il arrive qu'on soit bâtisseur/bâtisseuse, mais pas romancier/romancière, qu'on ait envie de créer des univers, mais pas d'écrire des histoires dedans. Quand on est romancier/-ère, l'univers sert l'histoire, l'histoire étant la finalité de notre travail de création, son apogée en quelque sorte. Alors que lorsque l'on est un bâtisseur, c'est l’histoire qui sert l'univers. D'une certaine manière elle est une excuse pour se mettre à créer un univers et, finalement, c'est pas si grave si on n'écrit pas cette histoire parce que c'est la construction qui nous botte le plus.

Quand on est romancier/-ère, on vit avec des personnages à l'intérieur de nous et, à un moment, il faut qu'ils sortent, qu'ils vivent cette histoire qu'on a inventée pour eux. Donc, pour les romanciers, à un moment, il n'y a plus aucun plaisir à laisser l'écriture de côté. Ce qui n'est pas le cas pour les bâtisseurs qui n'éprouvent que peu de regrets à ne pas écrire.

 

Des créatures magiques comme les Elfes seraient-elles démodées et alors vaudrait-il toujours mieux de créer ses propres créatures magiques dans un roman moderne de Fantasy ?

Si elles sont démodées, je suis très mal barrée wink

C'est une question à laquelle il est très difficile de répondre puisque, dans les fans de fantasy, il y a celles et ceux qui ne veulent que de la nouveauté et les autres (comme moi) qui sont encore très attaché-e-s aux éléments classiques, pour ne pas dire traditionnels.

Je pense que ces éléments calssiques ne sont pas à abandonner, mais à adapter en fonction de nos propres sensibilités. En outre, ne créer que de nouveaux éléments peut être déstabilisant pour certains lecteurs et lectrices habitués à croiser des elfes, des nains, des orcs, des dragons, etc. Changer fondamentalement les éléments classiques d'un genre peut déranger.

Créer de nouvelles races et de nouvelles créatures peut également nous faire tomber dans un autre travers, celui de recréer ce qui existe déjà, mais de simplement leur donner un nouveau nom. Pour moi, c'est la pire chose qui pourrait arriver : à trop vouloir éviter un travers, on tombe dans un autre. Je vous avoue qu'en tant que lectrice, c'est probablement ce qui m'énerve le plus : me retrouver dans un roman ou tout semble inventé alors qu'il s'agit simplement d'éléments classiques auxquels on a juste donné un nouveau nom.

Il est aussi important de se rappeler que l'esprit humain est fait de telle sorte qu'il ne sort jamais rien du néant : nos créations sont toujours le fruit d'assemblages de différents éléments stockés dans notre mémoire que notre cerveau effectue de manière plus ou moins consciente. Donc, on ne créera jamais rien de zéro, on va toujours s'inspirer ailleurs. De ce fait, créer en se mettant des œillères et croire que tout ce que l'on fait est 100% original est le meilleur moyen, à mon sens, de recréer du déjà-vu.

Du coup, je pense qu'on est vraiment mieux de reprendre ce qui existe déjà, de le mettre à notre sauce et, si l'envie nous en prend, de créer une ou deux races et une ou deux créatures, mais pas plus.

 

Dans ton article Création d'univers : par où commencer ? tu dis qu'en fantasy s'il y a une religion c'est que les dieux existent ou ont existé, mais celle-ci peut se baser sur une idée ? L'idée par exemple qu'il existe un être supérieur ayant créé toutes choses, sans pour autant qu'il y en ai la moindre preuve.

N.B. : Une fois que la série sur la Création d'un système de magie sera terminée, je ferai d'autres séries notamment sur la religion.

Pour répondre à la question : oui et non. Quand je parle de dieux dans l'article, je parle de "vrais" dieux au sens mythologique du terme, des êtres pensants capables de réaliser des miracles (au sens religieux du terme) et de dispenser de la magie divine et non de tous les fourvoiements idéologiques dans lesquels un peuple pensant peut tomber comme les adorateurs de la météo, par exemple.

Les dieux dans les univers Fantasy peuvent être soit réels, soit le fruit de l'imagination d'illuminés ou de croyances, soit une invention consciente de mortels dans le but de manipuler des foules.

Dans tous les cas, on se doit de rester cohérent-e avec les règles de l'univers créé. C'est-à-dire que, par exemple, il ne peut y avoir de magie divine s'il n'y a pas de dieu. Quant à savoir ce qu'est un dieu, ce peut être un être tangible (un vieux barbu sur un nuage) comme intangible (une énergie ou un concept) doués d'une conscience. Ces deux cas-là seulement peuvent émettre de la magie divine.

Dans le cas d'une religion qui adorerait un phénomène inconscient (comme la météo, les volcans, les phénomènes astronomiques, la nature ou n'importe quel concept), ça ne peut pas être de la magie divine. Toutefois, si le fait de "faire quelque chose" produit un effet, il faut le voir comme une relation de cause-conséquence. Dans ce cas-là, la magie relèverait d'une énergie (cf. l'article Qu'est-ce que la magie ?) et donc de conditions strictes qu'il faudra respecter à la lettre.

En gros, avec les phénomènes inconscients les mêmes causes (paramètres) auront toujours les mêmes conséquences, et ce, sans variations, alors qu'avec les dieux, ça dépendra toujours leur humeur et même si toutes les conditions sont respectées pour obtenir leur bénédiction (par exemple), il n'y aura jamais 100% de garantie (en temps normal).

Donc, en Fantasy, il est impératif pour l'auteur/l'autrice de faire la différence entre un dieu (conscience effective) et une croyance (conscience fictive).

 

Voilà ! J'espère que cette première salve vous a plu ! Bien entendu, ce n'est pas parce que j'ai répondu à ces questions que vous ne pouvez plus m'en poser wink
Alors ? Mes réponses vous ont-elles convaincu-e-s ?

Commentaires

Bonjour,

Finalement, je suis rassurée sur certains points grâce à cet article !

J'ai réussi à glâner, çà et là, plein de petites choses extrêmement intéressantes... Comme d'habitude dans ces articles qui fourmillent de conseils précis et du fait rassurants !

Merci et à bientôt

Nadhy Hyn

Si ça a permis de te rassurer, c'est une bonne chose ! smiley

Merci beaucoup pour toutes tes réponses. Etant moi meme un écrivain de fantasy, je dois dire que cela m'a été utile :) Merci et bonne écriture :)

Merci et bonne écriture à toi aussi ! smiley

Article intéressant, mais ce qui retient le plus mon attention est le sujet abordé sur la magie pour la semaine à venir!

Hâte de le lire.

j'aimerais beaucoup avoir l'avis d'un auteur sur le projet que je construis tant bien que mal ; si éventuellement tu as un discord...Je suis preneur ! Autant par message que en vocal sauf si tu n'y es pas familier ou que cela te met mal à l'aise. 
Parce que j'ai peur de partir TROP loin. Mais quand je dis trop loin, c'est trop loin...Sans pour autant que cela soit mauvais. Juste TROP. 

J'essaye de limiter mes idées ; mais j'en ai bcp trop. Plus de DEUX MILLE PAGES de carnets où on trouve que des idées...Pour seulement : 280 pages de livre écrit. 

Alors je m'interroge...Jusqu'où puis-je aller ; alors que les longs livres sont difficiles à éditer, dans un milieu surchargé d'oeuvre...COMMENT ? 

J'ai écumer probablement TOUT les forums possibles et imaginables de fantasy ; je peux dire que je suis CALLER de ouf...
Mais suis-je fait pour écrire ? Je n'arrive pas à rester sur une idée. J'ajoute encore et toujours. Et traiter ses idées à par me semble totalement une mauvaise approche. 

Mes lectures, les films et les séries sans parler des mangas et des jeux vidéos ; j'arrive à TOUT SYNTHETISER. Sans plagier ! Avec un regard neuf !

Mais je n'arrive pas à construire un truc qui soit buvable. J'ai peur que cela dégoute le lecteur. 

Petites listes des séries et idées de livres que j'ai eu : 

Extended A.O.I Universe : 
A song of révélations/le chant des révélations : saga de 81 livres et 27 intégrales ; la fantasy et la science-fiction se mêlent dans une fresque PRESQUE sans fin. L'auteur s'engage à écrire les 81 livres ; dont il détient déjà la majeur partie du scénario, même s'il pourrait n'y avoir plus que 2 lecteurs à la fin et qu'un AVC pourrait lui arriver dans sa quête...
Que les amoureux des histoires rapides se rassurent : chaque livre offre son lot de réponses et de résumé pour que l'histoire que vous quittez se rappellent de vous quand vous y reviendrez. 

La gazette d'Anönwé : entre deux livres du King de la Fantasy, vous perdez patience ? LA GAZETTE SERA VOUS REDONNEZ LE SOURIRE. Ici, le scandale est notre spécialité. Loin du PUTACLIC traditionnel, nous sommes les meilleurs en matière de ragot et de sensationnel. N'attendez pas et demandez à l'auteur de se bouger le cul de finir son premier livre pour enfin voir débarquez la GAZETTE D'ANONWE CHEZ VOTRE FUCKING MARCHAND DE JOURNAUX. Elle annoncera également les sorties des livres en liens avec l'univers de A.O.I qui sont des récits qui sont trop cool, mais qui rendrait la saga imbuvable s'ils étaient tous dans un seul et même livre. Ainsi voilà les potentielles séries qui seront régulièrement annoncées dans les Gazettes : 
A DEVIL STORY : quand les enfers se foutent sur la gueule, on aimerait presque les rejoindre tellement qu'on rigole. 
LES GRANDES GUEULES : récit de nouvelles sur des gens qui on la classe et qui l'ouvrent beaucoup trop. Ici, l'ambiance changera à chaque livre : on passera ainsi de la fantasy au western en passant par le cyberpunk et des ambiances toutes plus variés les unes que les autres ! 
Les oubliés : récit de nouvelles sur des gens qui auraient pu être des légendes, si on ne les avait pas oubliés. 
GANGSTA : les hors-la-loi sont de sortie ; et ils ont pleins d'idées pour TOUT FAIRE PÊTER ! Entre les simples dynamiteurs, en passant par des sorciers dopés à l'extrême jusqu'au plus doués des hackers, les méchants vont en mettre pleins la vue ! 
MAD ARTIST : romans sur des artistes aux pouvoirs COMPLÈTEMENT DÉJANTÉS ; découvrez les vies des penseurs et créateurs de Anönwé dans cette série légendaire où les pouvoirs magiques sont autant des talents que des ressources d'exception ! 
CIVIL WARS : entre gangs, rois, tribus et autres, tous les prétextes sont bons à l'humanité pour s'entretuer...même la bouffe. 
Les Archives : entre archives magiques, légendes folles et autres astuces virtuelles, les archives sont le moyen le plus sur de se faire des ennemis. 
LOVE AND CHAOS : Loin des séries pour ado à la twilght et autres romances cul cul sans aucun intérêt, découvrez ses couples qui ont bravé leur temps et les dangers pour rester ensemble quoi qu'il arrive !
DREAM : et si tout perdait son sens ? Comment décrire les rêves ? Entre cauchemars et autres bizarreries, le sommeil peut être autant un enfer, qu'un paradis. Alors entrez dans le monde des songes ! 
DESTINY : parfois, le destin est avec vous. Une série sur des hommes de légendes, qui ont marqué l'histoire. Qu'ils soient pauvres, riches, hommes de pouvoir, mage ou simplement fou, découvrez les personnages mystiques qui ont fait vivre le monde. 
UTOPIA : série punk qui voit la construction morbide de l'humanité vers une société futuriste ultramoderne, UTOPIA part de l'an 1600 déjà bien avancé technologiquement parlant, un équivalent de 2050 pour nous si on peut dire, jusqu'à l'an 8 000 en trois romans qui verront la naissance de concepts et de réalités inimaginables ; avec du merveilleux comme de l'affreux. 
RAGE : dans cette série de livres entre l'horreur et le post apo ; les hommes doivent faire face à des menaces gigantesques qu'ils ont pour la plupart d'entre elles, eux-mêmes provoqués. Entre sorciers vampires immortels capables de braver les enfers ; dragons et léviathans déchaînant le ciel et la terre ; et autres morts vivants de chairs ou de flammes... La rage se déchaîne. 

Tu vois, quand je te parlais de trop...

Ce n'est pas le tout d'avoir des idées, encore faut-il savoir les exploiter jusqu'au bout. J'ai eu énormément (et j'en aurai sûrement encore) d'idées de romans que je ne suis pas capable d'exploiter ou que je n'ai pas envie d'exploiter.

Ensuite, il ne faut pas croire, nous avons toutes et tous des idées d'histoires (ou même de livres de non-fiction) qui nous traversent la tête alors qu'on est sur un projet. Il faut apprendre à traiter les choses une à une et à ne pas se précipiter. Je suis une grande adpete du "Chaque chose en son temps et un temps pour chaque chose". Il faut vraiment réussir à s'autodiscipliner pour traiter un livre à la fois pour être certain-e d'arriver au bout. Se disperser n'est clairement pas une bonne idée.

Si tu veux en discuter davantage, je t'invite à m'envoyer un mail via le formulaire le contact wink

Ajouter un commentaire