Les différents modes d'édition

Les différents modes d'édition

Je vous l'avais promis mardi, le voici : aujourd'hui, je vous présente les différentes manières d'éditer son livre.

Lorsque notre roman est terminé, qu'il est corrigé et mis en page, en somme, qu'il est prêt pour l'édition, il faut se poser la question : « L'éditer, oui, mais quelle méthode choisir ? »
Je vais tenter de vous aider à faire un choix en vous expliquant les différences, les avantages et les inconvénients de chacun des trois modes principaux d'édition, à savoir : le compte d'éditeur, le compte d'auteur et l'autoédition.

L'édition à compte d'éditeur

C'est ce qui est couramment appelé une édition classique.

Dans ce cas de figure-ci, l'auteur soumet son manuscrit (avec une jolie lettre d'accompagnement bien sûr !) à une maison d'édition qui l'accepte ou le refuse. Si le manuscrit est accepté, il passe à la seconde étape : le comité de lecture. Là aussi, le manuscrit peut être soit accepté, soit refusé. S'il est accepté, la maison d'édition propose à l'auteur de signer un contrat d'édition.

Par ce contrat, l'auteur cède ses droits sur son œuvre (c'est à dire que l'auteur ne pourra faire ce qu'il veut avec son roman), en contrepartie, l'éditeur s'engage à verser des droits d'auteur (en général de l'ordre de 5 et 15% du prix du livre) à l'auteur ainsi qu'à fabriquer (s'occuper de la mise en page, de l'illustration, des corrections,...), publier (le rendre public par son impression et/ou la mise en ligne de la version ebook) et diffuser (le faire connaître) votre œuvre.

C'est donc l'éditeur qui prend en charge tous les frais liés à la publication, l'auteur n'a rien à payer.
A partir du moment où on vous demande de payer quelque chose (que ce soit des services de correction, d'illustration, d'inscription à des réseaux de référencement, devoir acheter votre propre livre pour que vous deviez le vendre vous-même,...), c'est un compte d'auteur.

Voici deux liens vers des documents qui pourraient vous être utiles :

L'édition à compte d'auteur

C'est ce qui est couramment appelé une "arnaque notoire" puisque que les maisons qui le proposent ne sont pas spécialement des plus honnêtes...

Pour commencer, il faut savoir que l'édition à compte d'auteur n'est pas une édition au sens légal du terme, c'est-à-dire régie par l'article L 132-1 du Code de la Propriété Intellectuelle, mais bien un contrat de louage d'ouvrage régi par l'article L 132-2 du Code de la Propriété Intellectuelle. – Ça fait toujours bien de citer des articles de la Loi dans les dîners de famille Wink

En somme, cela signifie que l'auteur signe avec un prestataire de services (qui n'a pas le droit de refuser votre manuscrit) un contrat par lequel l'auteur s'engage à rémunérer l'éditeur pour que ce dernier lui fournisse des services éditoriaux (mise en page, corrections, illustrations,...). Dans le cadre de ce contrat, l'auteur garde les droits sur son œuvre, mais il a également la possibilité d'avoir un droit de regard sur ce que le prestataire de services fait avec son œuvre : dans le cas d'un compte d'auteur, l'auteur est un client et, tout le monde le sait, le client est roi. Ce qui inclue également que, en théorie, l'auteur touche 100% du prix de vente de son livre. En pratique c'est rarement le cas, les éditeurs qui pratiquent le compte d'auteur, non seulement vous font payer en amont les frais éditoriaux, mais, en plus, se permettent de prélever un pourcentage sur les ventes de votre livre.

Par contre, avec un contrat de louage d'ouvrage, tous les frais éditoriaux, de publication et de diffusion sont à payer par l'auteur et cela représente souvent des sommes colossales de l'ordre de 2000 à 3000€. En outre, en général, dans ce cas-ci, l'auteur doit passer par un imprimeur et acheter son propre livre en grande quantité pour le revendre lui-même puisque la publication et la diffusion est à effectuer par l'auteur.

Voici une liste de certains "éditeurs" qui pratiquent un compte d'auteur frauduleux : Liste des éditeurs-arnaqueurs.

Faites bien attention lorsque vous vous apprêterez à signer un contrat ! Je vous publierai prochainement un article pour vous aider à flairer les arnaques éditoriales.

L'autoédition

Dans le cadre de l'autoédition, l'auteur s'occupe de tout lui-même. Bien entendu, il peut faire appel à des services (illustrateur, correcteur, maquettiste,...), mais il peut choisir avec qui il travaille (il n'a pas besoin d'avoir un "pack" de services comme c'est le cas pour le compte d'auteur) et le budget qu'il alloue à chaque service. Il reste le seul maître à bord : il garde tous ses droits sur son œuvre, il décide de tout, il doit s'occuper lui-même de sa promotion,...

Je vous avoue qu'il faut être un brin débrouillard pour y arriver correctement, mais avec les différents conseils qu'on peut trouver sur internet (comme l'excellent guide de Nathalie Bagadey, entre autre) et avec des amis débrouillards, il y a moyen de bien s'en sortir aisément Wink
Il existe également différents services honnêtes d'aide à l'autoédition comme Librinova (le service le plus honnête et le moins cher, à mon sens), Bookelis (que je trouve un peu cher tout de même...).

En général, l'auteur autoédité passe principalement par la filière numérique, qui reste le principal créneau de vente des auteurs autoédités, mais il arrive qu'il propose également un format papier de son livre. Dans ce deuxième cas, il préfèrera passer passer par un service d'impression à la demande plutôt que par un imprimeur. D'une part parce qu'il n'y aura pas de nombre minimum d'impressions à commander (c'est-à-dire qu'il n'y aura pas 100 exemplaires [minimum] à payer d'avance et à stocker chez vous) et, d'autre part, parce que ce système permet de vendre plus facilement sur des plateformes internet telles qu'Amazon, Fanc.com, Cultura.com, etc. Certains libraires acceptent également de vendre des livres en dépôt-vente.

Une dernière remarque : être auto-édité n'empêche pas d'être, un jour, édité à compte d'éditeur. A ce propos, je vous propose de regarder une petite vidéo de Librinova qui l'explique très bien :

Tableau comparatif

Modes d'édition
Avantages
Inconvénients
Compte d'éditeur
  • Aucun frais éditoriaux
  • Toutes les démarches administratives sont effectuées par l'éditeur
  • L'éditeur s'occupe de vous référencer (gratuitement) auprès des différents réseaux
  • Diffusion du livre en librairie
  • La satisfaction de pouvoir dire : « Mon livre est édité chez ... »
  • L'auteur perd ses droits sur son œuvre
  • L'auteur n'a pas son mot à dire quant aux choix éditoriaux (format du livre, couverture,...)
  • La lenteur du processus éditorial (attente avant de savoir si son manuscrit passe en comité de lecture ou pas, attente avant de savoir si le manuscrit est accepté ou pas, le processus éditorial est long et lent)
  • Les droits d'auteur perçus sont faibles (entre 5 et 15% du prix du livre)
Compte d'auteur
  • L'auteur conserve ses droits sur son œuvre (en théorie)
  • Il a un droit de regard sur toute la chaîne éditoriale (en théorie)
  • Il touche 100% du prix de ventes de son livre (en théorie)
  • Frais éditoriaux très importants (de l'ordre de 2000 à 3000€)
  • Aucune diffusion du livre
  • Obligation d'acheter son propre livre
  • Stock important de livre à conserver chez soi
  • De très grandes chances de tomber sur des escrocs
  • Donne souvent une mauvaise réputation à l'auteur
Auto-édition
  • L'auteur conserve ses droits sur son œuvre
  • Il a un droit de regard sur toute la chaîne éditoriale puisque c'est lui qui dirige
  • Il touche 100% du prix de ventes de son livre
  • Pas de besoin de constituer un gros stock de livres
  • La rapidité du processus éditorial dépend de l'auteur
  • La satisfaction de pouvoir dire : « J'ai tout fait (ou presque) »
  • Des frais éditoriaux (même s'ils restent très faibles [1000€ max], ils sont tout de même là)
  • Peu de visibilité
  • Tout le travail éditorial est à faire par l'auteur
  • L'auteur doit se promouvoir lui-même
  • C'est à l'auteur de faire toutes les démarches administratives

J'espère que cet article vous sera utile pour le jour où vous voudrez vous faire éditer. N'hésitez pas à me poser vos questions !
Savez-vous déjà vers quel mode d'édition vous vous dirigerez quand vous aurez terminé d'écrire et de corriger votre roman ? Smile

Commentaires

Ici, j'ai fait le choix de l'autoédition pour mes romans et ce, pour plusieurs raisons : la curiosité (pouvoir expérimenter chaque étape de la publication et échanger avec tous les intervenants : correcteur, illustrateur, imprimeur, organisateurs de salons, chroniqueurs...), le besoin de contrôle (arf...), l'impatience (un peu aussi !) et le plaisir (d'apprendre entre autres).
Sinon, l'expérience avec Luciférines me plaît bien aussi (curiosité bis) et je vais peut-être continuer à répondre à des AT pour des nouvelles. :)
Et toi alors, tu vas opter pour l'autoédition au bout du compte ?

En toute honnêteté... je me tâte encore...

Pour le moment, je pense que je partirai sur l'autoédition uniquement numérique tout en envoyant mon manuscrit à des maisons d'édition. Et s'il est refusé partout je le publierai en papier en autoédition.
Pour le moment, je pars là-dessus, mais ça peut encore changer Smile

Ce qu'il y a également de bien avec l'autoédition c'est que tu n'as pas d'engagement avec qui que ce soit... et si tu es contacté par un éditeur, tu peux (si tu le souhaites toujours) lui céder les droits sans attendre. ;)
Alors qu'avec les deux autres modes d'édition, tu es liée par un contrat.
Enfin, pour moi l'autoédition est un moyen de ne pas attendre des années une hypothétique réponse d'éditeur avant d'être lue (et donc se priver pendant tout ce temps de ce bonheur là, car c'en est un... ♥)

En fait, il faudrait le mélange des trois.. :p
Plus ca va; plus l'auto édition gagne de la confiance en moi ! Il faut vraiment que je me penche dans le livre de Nathalie !

C'est vrai que l'autoédition peut être un bon tremplin Smile

Merci pour cet article complet. Beaucoup d'auteurs se font malheureusement avoir en ce qui concerne les contrats à compte d'auteur, pensant signer avec une vraie maison d'édition.

Pour ma part, je compte me tourner vers l'auto édition. J'ai conscience que ça va être un boulot énorme, mais c'est le prix à payer pour garder un certain contrôle.

Oui les comptes d'auteur qui envoient des paillettes dans les yeux sont un réel fléau et je ne comprends pas qu'on ne puisse rien faire contre ça.

C'est vrai que rester maître de son roman est une idée très agréable, mais bon... il y a tout le boulot herculéen qui va avec qu'il faut assumer aussi ! Lol

Article clair et instructif :)
J'y reviendrais quand j'aurais fini mon roman :P
Pour moi, la principal difficulté de l'auto-édition est de se faire connaître ...

A l'heure actuelle, la visibilité d'un auteur autoédité, d'un auteur édité dans une petite maison ou d'un "petit" auteur dans une grande maison est la même, malheureusement.
Le problème principal, reste dans les mentalités : certains font encore la grimace face aux livres autoédités parce que, selon eux, ce n'est pas un gage de qualité. Pour moi, l'exemple le plus frappant est celui des libraires qui vont préférer mettre en avant des enseignes vendeuses qui vont leur assurer un max de profits et qui aller jusqu'à refuser de mettre en rayon des livres autoédités ou de petites maisons. Le problème se situe là surtout...

Mais heureusement que tous les libraires ne sont pas comme ça et que les mentalités changent doucement, mais sûrement Smile

Il y a vraiment beaucoup d'actions à entreprendre... J'en fait pas mal mais il m'en reste encore à explorer.
La règle absolue c'est de ne pas essayer de refourguer son livre à son entourage et à ses amis auteurs... Il faut trouver son public et le fidéliser, c'est l'une des clés essentielles... ♥

Le problème est que les maisons d'édition et les librairies veulent gagner de l'argent. C'est normal, mais ca peut les pousser à reufuser de bons livres ...

C'est ça...

A l'heure actuelle c'est le profit qui prime... C'est triste Cray 2

Ajouter un commentaire