Perspectives du vide de Hilda Alonso

Perspectives du vide de Hilda Alonso
Titre : 
Perspectives du vide
Auteur-e : 
Hilda Alonso
Genre(s) : 
Fantastique, Urban Fantasy, Étrange, Recueil de nouvelles
Éditeur : 
Auto-édition
Date de parution : 
5/12/2016
Ma note : 
9/10
Résumé - Quatrième de couverture : 

Perspectives du vide est le premier recueil de nouvelles d'Hilda Alonso. Il contient treize courts récits de divers genres : réaliste, fantastique et science-fiction.

Mon avis : 

Le style. Je crois qu'avec tout ce que je vous ai déjà dans mes avis à propos de Ce dont rêvent les Ombres et du Cabinet de Curiosités, vous avez certainement fini par comprendre que Hilda Alonso, pour moi, c'est d'abord une plume merveilleusement sombre et acérée. Chacun de ses mots semble, à chaque fois, choisi avec le soin et la précision d'un joaillier (rapport à la nouvelle L'Inestimable Wink ). C'est également un style qui sort des sentiers battus et qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui fait mouche à chaque fois avec moi.
Ce que j'aime particulièrement avec cette auteure, c'est l'amour qu'elle porte autant aux mots qu'aux histoires. Chaque nouvelle a son style qui lui est propre et qui colle parfaitement à son atmosphère.

Les intrigues sont originales et touchent à beaucoup de thèmes et de registres différents, ce qui en fait un recueil très éclectique sans uniformité apparente. Je dis bien apparente car, pour qui sait où regarder, l'uniformité tient moins dans les thèmes abordés que dans l'indignation qui transpire de chacune de ces nouvelles.
Pour en revenir aux intrigues, chacune est particulière et touche presque à un registre différent. Certaines sont dans la veine pure du fantastique, d'autres s'approche plus d'un étrange à la Stephen King et d'autres encore m'ont rappelé La Métamorphose de Kafka.

Les personnages sont uniques. Ce qui me fait peur parfois dans les recueils de nouvelles, c'est de croiser les mêmes personnages dans des cadres différents, des personnages interchangeables en quelque sorte. Ce n'est pas le cas ici : en peu de pages, les personnages sont très rapidement définis et on sait qui est qui. Je ne peux pas vous parler tous les personnages qu'on croise dans ce recueil, mais je peux vous dire qu'on croise un large panel de personnalités toutes très différentes.

L'univers de Hilda Alonso est un univers qui lui est propre, une sorte de griffe. C'est un univers gothique, c'est-à-dire sombre, mélancolique, inquiétant. Dans ce recueil, j'ai eu l'impression qu'elle souhaitait dénoncer des injustices de la vie de tous les jours, ces vides, ces solitudes, auxquels nous sommes toutes et tous confrontés au moins une fois au cours de notre existence. Ce qui donne une dimension assez viscérale à ce livre, allégorique parfois, et qui ne peut que nous toucher. Ces perspectives des vides qui nous entourent et parsèment nos vies donnent à cette lecture ce côté cruel qui nous rappelle nos propres solitudes. C'est en ça que le livre est dur.
L'univers de ce recueil se rapproche donc beaucoup plus d'une métaphore de la solitude ordinaire que d'un réel univers imaginaire.

En bref, un recueil poétique et cruel qui ravira celles et ceux qui ont déjà mis un pied dans l'univers gothique de Hilda Alonso et qui l'ont aimé. Si vous voulez découvrir l'auteure, je vous conseille plutôt de commencer par Le Cabinet de Curiosités.

Où l'acheter ? : 

Ajouter un commentaire