Le schéma narratif

Sortie de L'Exode le
Samedi 10 novembre

=> Réservez votre exemplaire dédicacé et plus encore ! <=

 

N'oubliez pas de me suivre sur alinewheeler.wordpress.com pour ne rien manquer !

Cette semaine, j'ai décidé de poster un article plus technique. J'aimerais vous parler du schéma narratif.

Si vous vous êtes inscrit à la newsletter du blog, vous avez sûrement téléchargé le kit de l'écrivain contenant la fiche « Schéma narratif – Plan général ». Avec cet article, j'aimerais vous expliquer ou vous rappeler les tenants et les aboutissants du schéma narratif et vous illustrer son utilité quand on écrit un roman.

Définition

Le schéma narratif est un outil qui permet de comprendre la structure et l'évolution d'un texte narratif.
Contrairement au schéma actantiel, le schéma narratif suit l'ordre chronologique de l'histoire. Il part également du principe que le/les personnages ont une quête à accomplir (résoudre un problème, combler un manque,...).

Pour qu'un récit soit cohérent, il lui faut suivre les 5 étapes du schéma narratif.

1. La situation initiale

Il s'agit du début du récit. Elle permet de mettre en place le décor, de présenter les personnages et d'introduire l'histoire. Cette situation est considérée comme équilibrée, elle n'a pas de raison de changer.
Elle peut être :

  • positive : tout va bien et on ne voit pas pourquoi ça changerait.
  • négative : tout va mal mais personne ne veut ou peut changer la situation.

A la fin de la situation initiale, il faut pouvoir répondre aux questions :

  • Qui ? (description du héros)
  • Où ? (le lieu, l'endroit, le pays,...)
  • Quand ? (l'époque, la date,...)
  • Quoi ? (le contexte dans lequel se trouve le personnage)

2. L'élément perturbateur

Il s'agit de l'événement qui perturbe l'équilibre de la situation initiale. C'est le déclenchement de la quête.
Si la situation initiale était positive, il peut s'agir de l'apparition d'un problème, d'un manque, d'une difficulté... que le personnage va chercher à résoudre.
Si la situation initiale était négative, il peut s'agir d'un fait qui pousse le personnage à agir contre sa condition d'opprimé.

A la fin de l'élément perturbateur, il faut pouvoir répondre aux questions :

  • Qu'arrive-t-il ?
  • Qui ou quoi est menacé ?
  • Où a-t-elle lieu ?

3. Les péripéties

Il s'agit des événements, actions, aventures,... provoqués par l'élément perturbateur et qui permettront au héros de poursuivre sa quête. Il y a, en général, plusieurs péripéties qui se succèdent chronologiquement.

A la fin des péripéties, il faut pouvoir répondre à la question : Qu'a fait le héros pour accomplir sa quête ?

4. La résolution ou le dénouement

Il s'agit de l'ultime événement qui permettra au héros de clore le récit et de rétablir le nouvel équilibre. C'est le moment où le personnage échoue ou réussit sa quête.

La situation finale

Il s'agit du nouvel équilibre, positif ou négatif. Le héros a soit retrouvé sa situation initiale, soit commencé une nouvelle vie. Elle indique comment la quête a changé la vie du personnage et, parfois, comment le personnage évoluera dans le futur.

A la fin de la situation finale, il faut pouvoir répondre à la question : Quel est le nouvel équilibre ?

Conclusion

Pour les écrivains en herbe, comme pour les confirmés, établir un plan général de son roman au travers d'un schéma narratif est, pour moi, un excellent moyen de ne pas perdre le fil de son récit.

Qu'en pensez-vous ?


J'espère ne pas vous avoir ennuyés ! Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser !

Commentaires

Ton kit de l'écrivain est bien utile ;)
Et très bon article. Pour moi, impossible d'écrire sans plan général (même si ça peut devenir compliqué quand d'autres personnages se joignent au héros, plus loin dans l'histoire).

Merci ! :)
J'ai prévu de publier prochainement un article pour parler de la relation entre les personnages ;)

Merci Zaha, c'est toujours bon de se rappeler ça, et de voir si on suit une logique, dans notre écriture en cours ! Là, pour moi c'est apparition de l'élément perturbateur, et démarrage de la quête. 1eres péripéthies. En tout cas, toujours très clair, ton style. Bravo !

C'est une étape incontournable, pour moi ! Mes notes m'accompagnent ensuite tout au long de l'écriture. Merci pour cet article. ^^

Le schéma narratif permet de structurer sa pensée et son intrigue. C'est un très bon outil !:-)

Je me suis dit que tout bon site d'écriture se devait d'avoir son explicatif du schéma narratif ! :P

Hi there just wanted to give you a brief heads up and let you know a
few of the pictures aren't loading properly.

I'm not sure why but I think its a linking issue.
I've tried it in two different web browsers and both show the same results.

Feel free to surf to my blog post: ImLive

Coucou Zaha,

Parfois, il est intéressant aussi de plonger directement le lecteur dans l'élément perturbateur, d'en faire le témoin démuni d'une scène qui dépasse son entendement, temporairement. Par contre, il sera essentiel de faire en sorte qu'il puisse comprendre cet état initial au fil des éléments.
C'est une technique que certains utilisent pour tenir le lecteur en haleine, me trompé-je ?

Pas du tout !
C'est d'ailleurs presque ce que je fais pour mon roman :)

Et bien moi, je sais pas trop ou est mon élément perturbateur et ça me perturbe depuis longtemps XD
Je crois bien que c'est ce que dit Thierry, je zappe un peu la situation initiale et entre directement dans les embrouilles lol. Qu'est-ce que t'en penses Zaha, toi qu'à lu le premier chap. de mon histoire?

C'est difficile à dire tant que je n'aurai pas lu la suite ^_^"

Schéma narratif. Situation initiale, élément perturbateur, péripéties, résolution. Ca peut sembler simple, mais je trouve que ça fait sens, et on n'y pense pas forcément. Quand je me suis lancé dans mon cycle de fantasy, j'ai commencé par en poser les éléments constitutifs. Décor, intrigues principale et secondaires, personnages, articulation et points clés, fin. J'ai eu besoin de savoir où j'allais et ce qui allait se passer pour pouvoir donner sens à ce que j'allais écrire. Certains auteurs sont capables d'écrire au fil de leur plume sans plan ni schéma. Personnellement, je trouve qu'un schéma narratif est une très bonne chose. Ca évite de se disperser, ça permet de réfléchir, de doser, et rien n'empêche de modifier des éléments au fil de l'eau si on change d'avis ou si on se rend compte que quelque chose cloche. Je n'avais jamais entendu parler de schéma narratif avant de débuter le second volet de mon cycle, mais si j'en avais eu connaissance avant, cette phase d'anticipation à l'écriture aurait sûrement été plus confortable. Je travaille aujourd'hui sur le troisième volet, et je peux vous affirmer que je me serais probablement perdu en route si je n'avais pas balisé le chemin avant de me lancer dans la rédaction. Cette préparation m'a permis de rapidement modifier mon plan pour passer de trois livres comme initialement prévu à sept de 25 chapitres chacun. C'est bien ce plan général mis en lumière par le début de la rédaction qui permet de réajuster pour obtenir un découpage plus pertinent et équilibré, surtout quand on se lance dans une histoire en plusieurs volumes. Article intéressant et utile donc. Prendre le temps de savoir où l'on va, avec qui, quand et comment, ça aide quand même grandement à mettre en mots ce qui nous trotte dans le ciboulot :-)

Salut Zahardonia,

C'est mon premier message alors j'en profites pour souligner que j'apprécie beaucoup ce blog sur lequel je commence à passer pas mal de temps.
Sans être d'accord avec tout (heureusement en même temps) je le trouve très instructif et inspirant.

J'avais une question cependant qui me taraude, une double en fait.

1 : Le découpage du shéma, j'ai lu sur un autre blog (de quelqu'un qui te connais d'ailleurs, j'ai mangé le nom ça m'agace profondément) qu'il se faisait en trois actes, ce qu'on voit ici, et que chaque composantes de chaque acte pouvait (devait ?) servir de découpage pour les chapitres (ce qui faisait 4 chapitres pour l'acte I). Sauf que seul  l'acte I (situation initiale + élément perturbateur + hésitation + acceptation, je crois) était décrit. ce qui fait 25% du livre, le reste est assez flou en rythme (surtout vu mon histoire).

Ce qui m'amène au 2 : je souhaite écrire une quadrilogie, c'est prévu dès le départ, j'ai mon début, une partie du milieu et ma fin, chaque livre correspondant à 25% du schéma narratif global. Mais du coup, j'ai du mal à saisir comment le faire "par livre". Avec des sous-intrigues ?

J'aimerai avoir ton opinion :)

Bienvenue sur le blog ! laugh

Tout d'abord, pour ton donner mon opinion (assez tranchée ^^") : Le découpage en acte tel que tu me le décris ressemble fort au schéma-type de la quête initiatique tel que massacré décrit par Christopher Vogler. Et ce schéma ne définit qu'une et une seule histoire qui ne permet pas aux auteurs et autrices de prendre plus de liberté. De surcroît, il s'agit du déroulement d'intrigue le plus vu de toute l'histoire de la narratologie (tous médias confondus).

La première chose que je te conseillerais, c'est de ne pas te baser sur un découpage-type de scénario de film imposé par Hollywood si toi tu ne le sens pas comme ça. L'avantage du schéma narratif que je présente ici est qu'il est généraliste et, surtout, qu'il a été déduit d’œuvres par des études de linguistique structurale et pas "arrangé" pour produire à la chaîne.

La deuxième chose que je conseillerais, c'est de ne pas te focaliser sur le fait que ton récit sera une quadrilogie. Si tu te forces à découper ton histoire en 4 tomes, ça se sentira. Au fur et à mesure du découpage du plan et de l'écriture, le découpage en tome viendra tout seul. Pour ma part, quand j'ai commencé à écrire le plan général de Neph et Shéa, je partais sur une duologie en me basant sur la quantité de choses que j'avais à dire. Puis, j'ai eu de plus en plus de choses à raconter et c'est comme ça que je suis montée jusqu'à 4 tomes.
La bonne question à poser n'est pas : Comment découper mon histoire en 4 tomes ? Mais bien : Mon histoire nécessite-t-elle 4 tomes ?

Et la dernière chose que je te conseille, c'est de travailler avec tes schémas narratifs en parallèle : d'un côté tu mets le schéma narratif de ton histoire et tu l’annotes pour faire un premier pré-découpage de chacun de tes tomes. Tu n'as pas besoin de créer des intrigues secondaires juste pour avoir un schéma narratif qui colle, ça risque de rendre ton roman bancal et de perdre tes lecteurs.
Il faut "juste" que tu parviennes à redécouper ton intrigue. Quand on se rappeler que chaque péripétie suit aussi un schéma narratif, c'est plus facile. Par exemple :

Péripétie : Trouver le miroir magique.
Que tu peux découper en :

  1. SI : Chercher le labyrinthe
  2. EP : Le trouver et y entrer
  3. P1 : Trouver le chemin dans le dédale de roche sans tomber dans les pièges
  4. P2 : Affronter le monstre
  5. D : Chercher le miroir dans l'antre de la bête
  6. SF : Sortir de la caverne avec le miroir

C'est comme ça qu'une seule péripétie peut faire la taille d'un tome entier. Pour relier les tomes entre eux, il faut que la situation finale du précédent soit la situation initiale du suivant.

Est-ce une bonne méthode de tout simplement écrire et d'atteindre la fin pour enfin découper ? C'est ça que tu nous conseil Zaha ? Parce que c'est ça que je fais, mais y a t'il une recette pour commencer des tomes 2, 3 etc .. que j'aurai pu ne pas utiliser et qui serait utile voire vitale ?

Ps: On peut te soumettre nos travaux Zaha ? 

Est-ce une bonne méthode de tout simplement écrire et d'atteindre la fin pour enfin découper ? C'est ça que tu nous conseil Zaha ?

Ce n'est ni une bonne ni une mauvaise méthode wink

La bonne méthode, c'est celle qui fonctionne pour toi. Si c'est celle-là qui te permet de te sentir à l'aise dans la rédaction de ta série alors c'est ok. Mais ce n'est pas pour autant celle que je conseille tout simplement parce qu'elle est difficile à mettre en place. Une fois que la saga complète est écrite et qu'il faut la diviser en tome, ce n'est pas évident, car, une fois qu'on a décidé où couper, il faut réécrire les fins et début pour une bonne articulation du tout.

De plus, je déconseille de travailler comme ça si on souhaite faire des ellipses temporelles entre les tomes. Ça rendra la rédaction et/ou la réécriture compliquée.

Ce que j'ai conseillé dans ma réponse à DeVoe, c'est de commencer par écrire le schéma narratif de l'histoire complète et de, ensuite, découper ce schéma narratif en parties qui pourront, à terme, devenir des tomes. Ça permet de savoir comment écrire les début et fin de chaque tome et comment les coordonner.

 

Parce que c'est ça que je fais, mais y a t'il une recette pour commencer des tomes 2, 3 etc .. que j'aurai pu ne pas utiliser et qui serait utile voire vitale ?

Je ne connais pas de "recette" pour savoir comment commencer ou terminer les tomes. ^^"

 

Ps: On peut te soumettre nos travaux Zaha ?

Depuis l'ouverture de mon entreprise, ça fait effectivement partie de mes services wink

 

Ajouter un commentaire