L'urban fantasy, le genre qui fâche

L'urban fantasy, le genre qui fâche

Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un sous-genre de la fantasy dont on prononce rarement le nom mais qui, pourtant, est probablement l'un des plus lu à l'heure actuelle : l'urban fantasy ou fantasy urbaine.

Ce sous-genre récent a énormément évolué depuis son apparition et est devenu très populaire. Pourtant, on entend rarement les lecteurs et les lectrices parler d'urban fantasy.

Qu'est-ce, précisément, que l'Urban Fantasy ?

L'urban fantasy, ou fantasy urbaine, est apparu dans les années 1980. Selon André-François Ruaud, écrivain, essayiste, anthologiste et éditeur français, le fondateur de l'urban fantasy serait Charles de Lint avec son roman Moonheart paru en 1984.

L'urban fantasy est un sous-genre de la fantasy qui se caractérise par le fait que la magie se manifeste dans notre monde du XXe ou XXIe siècle et, en général, dans une grande ville (ou dans plusieurs grandes villes).
En fantasy urbaine, il y a un côté underground non négligeable. La féerie et les créatures magiques sont dissimulées aux humains, et ce, même si ces créatures se mêlent aux mortels. Bien souvent les seuls capables de franchir le voile qui sépare la magie du monde réel sont des marginaux, des enfants ou des créatures hybrides (comme les sœurs Halliwell dans Charmed qui ont à la fois un pied dans le monde des mortels et un pied dans le monde magique).
Le contact entre le merveilleux et le monde réel peut prendre plusieurs formes :

  • La magie a toujours existé et a été refoulée aux frontières de notre « monde » : dans les égouts, le métro, les toits, etc.
  • En s'aventurant trop loin, on pourrait se retrouver plongé dans un autre monde sans en avoir directement conscience. C'est la forme la plus courante utilisée dans la fantasy urbaine pour le merveilleux, celle d'enclaves où la féerie se cache.
  • Les créatures féeriques et la magie existent parmi nous, évoluent à nos côtés librement et possèdent souvent la technologie (parfois plus développée que la nôtre). Les humains ne sont pas au courant, dans le cas contraire, cela devient de l'uchronie de fantasy. Leur apparition peut être soudaine et accidentelle, tout comme il est possible qu'ils soient apparus en même temps que nous et qu'ils aient passé leur vie dans notre monde.
  • Ils ont bien un monde à eux mais ont souvent un rapport plus poussé avec notre monde. C'est la plupart du temps dans la littérature jeunesse qu'on trouve ce style de fantasy urbaine. Souvent, quelques humains sont au courant de leur existence.

L'urban fantasy présente également les thèmes et les valeurs chers à la fantasy tels que des combats manichéens, des élus, le courage, la sagesse, la volonté,...

Il est également intéressant de noter qu'au sein même de la fantasy urbaine se détachent deux sous-genres qui sont :

  • la bit-lit : un genre où l'héroïne/le héros est plongé dans un univers violent de chasse aux démons/vampires/loups-garous/..., le tout saupoudré (ou arrosé) de tensions érotiques. La bit-lit est généralement un genre adressé aux adultes (femmes et hommes) justement à cause de son côtés violent et érotique (n'oublions pas qu'aux États-Unis, la bit-lit est appelée paranormal porn...).
  • la romance paranormale : un genre qui mélange une fiction romantique avec des éléments qui relèvent traditionnellement de la fantasy, du fantastique ou de l'horreur. C'est un genre qui s'adresse surtout aux adolescentes.

La fantasy urbaine est souvent perçue comme un genre protestataire car il sert souvent à la critique de notre société matérialiste, consumériste, déshumanisante et individualiste. D'après André-François Ruaud, un des spécialistes du genre en France, elle canalise une sorte de révolte, un rejet de la société moderne et le désir d'un retour du merveilleux. Son cadre citadin et contemporain en fait également la seule forme de fantasy qui permette cette critique sociale explicite, selon Jacques Baudou.

Urban fantasy ou fantastique ?

C'est souvent là que les passions se déchaînent.

Sans rire, j'ai quitté plusieurs groupes facebook parce que la question de savoir quelle est la différence entre la fantasy (urbaine) et le fantastique déchiraient les membres et je vous jure que je n'exagère pas ! On a été jusqu'à m'insulter parce que je donnais la définition de Todorov pour le fantastique... frown

Tout d'abord, d'où vient cet amalgame ?

De la définition simplifiée donnée par les Américains : dans les deux cas, on se retrouve avec une définition tronquée des réels éléments qui les différencient. C'est-à-dire que pour les deux, on se retrouve avec une définition qui dit : C'est un genre où le surnaturel surgit dans le monde réel.

Oui... Mais non !

La véritable définition du fantastique est celle-ci :

Dans un monde qui est bien le nôtre, celui que nous connaissons, sans diables, sylphides, ni vampires, se produit un événement qui ne peut s'expliquer par les lois de ce même monde familier. [...] Le fantastique c'est l'hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel.

Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais, 1970, p. 29.

Dans la définition complète, que vous pouvez lire dans mon article Différencier les genres de l'Imaginaire, Todorov met l'accent sur l'importance de l'hésitation et du doute autant du personnage que du lecteur. Quand on sort d'un récit fantastique, on doit être incapable de dire si l'événement en apparence surnaturel est dû à la folie, au rêve ou s'il s'est réellement produit.
Or, dans la fantasy urbaine, les faits surnaturels sont totalement acceptés par le personnage et le lecteur. Donc, comme l'explique si bien Ludün Mats dans l'extrait ci-dessous, si un événement surnaturel se produit dans un cadre surnaturel, alors il devient naturel. C'est ça la fantasy : changer le cadre des événements pour que la magie devienne réelle et soit acceptée. S'il n'y a pas de doute sur la nature et l'existence de la magie, alors c'est de l'urban fantasy (ou du merveilleux).

Où alors se situe la différence entre fantastique et fantasy urbaine si elle ne se trouve pas dans les éléments du récit ? C'est aux finalités qu'il faut réfléchir.

L'intrusion du surnaturel revêt dans ces deux genres un sens différent. Dans le fantastique, ce phénomène sert de rupture avec notre monde, ce qui engendre un sentiment de trouble, de peur parfois ; dans la fantasy urbaine, c'est l'émerveillement qui prime. On ne s'inquiète pas de cette manifestation, on l'accepte. Dans la fantasy, le surnaturel s'inscrit dans un cadre surnaturel, il devient naturel. Même si la fantasy urbaine garde un cadre naturel, les phénomènes sont acceptés sans problème et apporte le rêve. [...] De par sa naissance, la fantasy offrait le dépaysement à ses lecteurs, l'espoir d'un monde meilleur, en confrontant les valeurs d'un univers imaginaire à celles du réel. On retrouve ce schéma dans la fantasy urbaine. L'élément merveilleux s'oppose au matérialisme de la société, et apporte donc d'autres valeurs, sacrées. Le fantastique, quant à lui, ne confronte pas deux modes de pensées, il constate l'impossibilité de changement, l'impasse, et s'attache plus à la psychologie de l'homme [...]. Le champ de la fantasy est généralement le monde, celui du fantastique l'homme.

Ludün Mats, La Fantasy, éd. Ellipses, coll. Réseau, 2006, p.49

Je vous invite également à regarder cette vidéo d'Anne Besson, agrégée et docteur en Lettres, maître de conférences en Littérature générale et comparée à l’université d’Arras (Artois), spécialisée dans la littérature de l'Imaginaire, qui explique bien les différences entre la fantasy urbaine et le fantastique :

Quelques lectures

Moonheart de Charles de Lint

When Sara Kendell opens a box of oddments in the storeroom of the Merry Dancers Old Book and Antique Emporium, she has no idea that she'll stumble across anything unusual. But those seemingly ordinary artifacts—a painting, a ring and a flat bone disc—will turn Sara's world upside down and lead her to places she never dreamed could exist: a world of mists and forests, ancient magics, mythical beings, ageless bards...and restless evil.

In a tale sweeping from ancient Wales to the streets of modern Ottawa, de Lint's unforgettable characters—Sara Kendell; her beloved uncle Jamie; Blue the biker; Kieran the folk musician; RCMP Inspector Tucker; Pukwudji the trickster; the inscrutable Tom Hengwr; and the magic of Tamson House itself—will stay with you forever.

(Le livre n'a jamais été traduit en français)

 

Neverwhere de Neil Gaiman

Londres, un soir comme tant d'autres. Richard Mayhew découvre une jeune fille gisant sur le trottoir, l'épaule ensanglantée. Qui le supplie de ne pas l'emmener à l'hôpital... et disparaît dès le lendemain. Pour Richard, tout dérape alors : sa fiancée le quitte, on ne le reconnaît pas au bureau, certains. même, ne le voient plus... Le monde à l'envers, en quelque sorte. Car il semble que Londres ait un envers, la " ville d'En Bas ", cité souterraine où vit un peuple d'une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant. Plus rien ne le retenant " là-haut ", Richard rejoint les profondeurs...

 

Traverses de Léa Silhol

Quand la Fantasy se projette dans nos cités... que trouve-t-on ? Des prières à Vénus dans les ailes des colombes, des noyés sur les paliers des maisons, des cirques inquiétants dans les sous-terrains nocturnes, un Leprechaun pot-de-colle, le Prince Charmant chez les avocats, des fées assiégeant Paris, des horloges tournant à l'envers, de la poésie dans les reflets sur les pavés... Londres, Paris, Frontier, Edinburgh, Portland, Göteborg... Dans le monde, et à part. La Magie revient, défigurant l'univers " connu ". Tout est redevenu possible et neuf, infusé d'autres dangers. Ouvrez les yeux... traversez... 18 histoires inédites par les maîtres du genre, choisies et mises en scène par Léa Silhol.

 

Le Dernier magicien de Megan Lindholm (aka Robin Hobb)

Seattle, les autres vagabonds l'appellent le Magicien. Lui, il voudrait juste qu'on le laisse tranquille. Quand il est revenu du Vietnam, il a cru qu'il avait laissé derrière lui ses vieux démons. Il ne voulait plus jamais sentir le souffle empoisonné de la guerre. Mais quelque chose de maléfique s'insinue dans les rues de la cité, une magie noire qui menace la ville tout entière. Seul le Magicien possède un pouvoir suffisant pour l'arrêter. Alors bientôt, il devra choisir : rester et se battre, au risque de tout perdre, ou s'enfuir. Être un Magicien, le dernier, ou simplement un homme.

 

Les Petites fées de New York de Martin Millar

Le récit des Petites Fées de New York démarre avec Morag et Heather, deux petites fées hautes de cinquante centimètres, portant épée, kilt vert et cheveux mal teints, qui volettent par la fenêtre du pire violoniste de New York, un type antisocial et obèse nommé Dinnie, et vomissent sur sa moquette. Qui sont-elles et comment sont-elles arrivées à New York, et en quoi tout cela concerne-t-il l’adorable Kerry, qui vit dans l’immeuble d’en face, est atteinte de la maladie de Crohn et confectionne un alphabet des fleurs, et en quoi tout cela concerne-t-il les autres fées (de toutes nationalités) de New York, sans oublier les pauvres fées opprimées de Grande-Bretagne, voilà le sujet du livre. Il contient une guerre, ainsi qu’une mise en scène fort inhabituelle du Songe d’une Nuit d’Été de Shakespeare, et des solos de guitare de Johnny Thunders des New York Dolls. Que peut-on demander de plus à un livre ?

 

Voilà, j'espère que cet article vous a plu. Est-ce un genre qui vous plaît ? Avez-vous des lectures à conseiller ?

 

Crédit photo : Namaira

Commentaires

Mes conseils de lecture sur le thème

 

Tout d'abord j'ai adoré le dernier magicien que tu cites. Pour le coup on est presque dans le fantastique car on hésite longtemps à décider si on est dans de la magie ou dans le délire psychotique du "dernier magicien". Excellemment écrit je trouve.

Aussi à la limite entre les deux, il y a une série de Michel Honaker "le commandeur" (plusieurs parutions avec le même personnage Ebenezer Graymes, le commandeur. voir wikipedia pour detail des éditions et rééditions  plus ou moins "hard"). Histoire d'un sorcier vivant à notre époque et combattant bien sur des sorciers ou des entités démoniaques. J'ai bien aimé le personnage (de la première version des années 80 qui allait au bout de l'underground et de la démonologie avec sexe et violence à la version jeunesse des années 2000) et les ennemis (golem, demons, sectes, vampires, trolls...).

En version bande dessinée, il y a la série "Fables" qui remet les contes de fée dans notre monde (Blanche neige est adjointe au maire de Fableville, quartier de new york abritant les fables humains, Le grand méchant loup est policier et vit avec un des 3 petits cochons,..etc). Une longue serie dont s'est je pense inspirée la série Tv "once upon a time" (en plus light car dans la BD, boucle d'or est quand même en couple avec le fils ours, le prince charmant un coureur de jupon, ...) et dont on a tiré un jeu vidéo telltale games "wolf among us".

En roman jeunesse il y a les aventures d'Artemis Fowl par Eoin Colfer, dont j'ai lu le premier tome. Pas un super coup de coeur pour moi mais l'idée de l'auteur n'est pas mauvaise pour autant et sa vision du monde féérique est interessante.

En fantasy "presque" urbaine et française je citerait des romans de Pierre Pevel : La trilogie de Wielstadt où un chevalier enquête sur des mystères à base de goules, de sectes, ...etc dans un environnement historique de l'allemagne de 1620 et plus précisémment dans la ville de Wielstadt. Idem dans la trilogie "les lames du cardinal" où les dragons qui ont forme humaine ont conquis l'espagne et veulent prendre le pouvoir en france, contrés par les lames au service du cardinal au service de Louis XIII. Une uchronie dans les 3 mousquetaires de Dumas... Et "les enchantements d'Ambremer" que je n'ai pas (encore) lu qui se place dans le Paris de 1909 mais avec des créatures féériques.

Enfin, plus hard et pas trop "urban" car cela se place à la campagne, mais il s'agit quand même de féérie placée au XXème siècle, il y la série des "Mythagos" un classique de Robert Holdstock, situant ce peuple à l'origine des mythes dans une forêt primordiale au coeur de l'angleterre. C'est assez particulier comme livre, je n'ai pas du tout adhéré au bout même si le début m'avait plutot interessé.

Concernant des sorciers à Londres au 20ème/21ème siècle il y a la série "le dernier apprenti sorcier" de Ben Aaronovitz qui nous conte une sorte de Harry Potter adulte, jeune flic qui se trouve recruté par le sorcier en charge de traiter les affaires magiques agitant Londres. Très bien fait, le héros apprend la magie, découvre les créatures magiques qu'il ne soupçonnais pas, découvre l'histoire des sorciers (il est le dernier apprenti car son mentor est le dernier sorcier encore vivant mais que s'est il passé qui a décimé leur ordre) et enquête à la fois comme sorcier mais aussi avec des méthodes d'enquête policière traditionnelles. On y parcours Londres comme si on y étais (dixit une connaissance anglaise), on y découvre aussi l'histoire du jazz (dans le tome 2) ..etc.

 

Merci pour ces idées de lectures ! wink

Et du coup, la question qui fâche : Harry Potter, Fantastique ou Urban Fantasy ?

Si on se réfère à la définition: Harry Potter se déroule à notre époque avec un peuple féérique (dragons, elfes de maison, sorciers, licornes, basilic et j'en passe) qui vit secrètement parmis nous. Donc Urban Fantasy.

En fantastique je mettrais plutot les nouvelles (la plupart des) de Lovecraft où le narrateur nous raconte ses rencontres avec des divinités anciennes et faciles à écrire (Cthulhu, Nyarlathotep, Azathoth...) générant des frayeurs indicibles dans des grottes fangeuses.... Car il y a la le doute sur la santé mentale du témoin et l'exactitude de ses dire, le tout au service d'une terreur induite (sommes nous sans le savoir menacés par ces entités monstrueuses qui ne demandent qu'à nous envahir)

Merci Bruno ! :)

En vérité, le classement d'Harry Potter est beaucoup plus complexe que ça smiley

J'y répondrai en long en large et en travers dans un article la semaine prochaine wink

LOL ! XD

Ce teasing !

C'est vrai que c'est une série de romans assez particulière.

Merci pour cet article vraiment bien détaillé. Le dernier Magicien a l'air vraiment captivant, je vais le lire dès que possible. Un livre que j'aime tout particulièrement c'est Faërie, La Colline Magique de Raymond Feist. Un bonheur à lire, par contre j'hésite encore dans le genre, urban fantasy ou fantastique. Ben oui, les personnages fantastiques, tirés des légendes nordiques, sont - ils parmis nous ?

Merci ! smiley

En revanche, si tu n'as aucun doute sur l'existence de la magie dans "notre" monde, ça ne peut pas être du fantastique wink

Salut ^^

Qu'est-ce que c'est l'uchronie de fantasy, exactement ? ^^'

Une uchronie c'est un récit qui raconte un événement passé qui s'est déroulé différemment que dans la réalité et/ou les conséquence de ce déroulement différent.

Je l'ai expliqué plus en profondeur dans l'article sur le Steampunk : http://www.monde-fantasy.com/steampunk smiley

Bon je viens de découvrir ce blog très intéressant et, apparemment, déjà très bien fourni... Je vais y passer un bon bout de temps !!

Bienvenue et bonne lecture ! wink

Bonjour,

Superbe article pour commencer, on voit que vous êtes cultivée sur le sujet.

J'ai néanmoins un soucis de différenciation à la suite de ma lecture de votre article et j'aimerais votre aide.

Autant j'ai toujours réussis à différencier la Fantasy (High et Low), le Fantastique, la Science-fiction et le Merveilleux, autant en rajoutant l'urban fantasy je n'y arrive plus, enfin disons plutôt que je doute.

Par exemple selon ses séries TV :

  • Supernatural
  • American Gods
  • Once Upon a Time
  • Preacher
  • Sleepy Hollow
  • Being Human
  • Teen Wolf
  • Grimm
  • Haven
  • The Magicians 
  • The Secret Circle
  • Lucifer
  • Buffy
  • True Blood
  • Vampire Diaries
  • The Originals

Lesquels seraient de l'Urban Fantasy ? Pourquoi ?

Merci d'avance.

Bonjour

Pour moi déjà tu peux enlever toutes les series à base de Vampire, qui sont des créatures du fantastique, pas de la fantasy: True Blood, Vampire Diaries, The Originals, Buffy. Idem pour les loups garous de Teen Wolf et le diable de Lucifer. Je suis partagé sur grimm qui est quand même extrémement divers avec pas mal de créatures en lien avec les "contes de féé" comme Once upon a time, mais on est plus dans le "merveilleux" que réellement la Fantasy. Pareil pour Supernaturel: les créatures sont issues de la démonologie. Sleepy hollow, le méchant est une légende (le cavalier sans tête), il y a de la magie, des sorciers, alors peut être...mais pas sur. Je ne connais pas Haven, The magicians, Preacher, The secret Circle et Americans God.. donc je laisse à autrui le soin de donner un avis la dessus.

Salut Bruno,

Merci de ton avis. C'est intéressant d'ailleurs car on pense différemment. Je m'explique :

Les vampires sont en effet des créatures fantastiques mais dans True Blood, elles sont acceptées, il n'y a pas réellement de surprise, les vampires sont connus dans la société (ils ont un bar dans lequel les humains viennent conscients, du sang synthétisé...), ça s'apparaîtrait plus comme de l'Urban Fantasy pour moi donc si on suit la définition.

De même pour the originals ou vampire diaries, les vampires sont intégrés dans la Nouvelle Orléans ou à Mystic Falls, seuls quelques humains sont ignorants à leurs sujets. Du coup on serait dans le cas d'Harry Potter avec les moldus et les sorciers (donc Low Fantasy) à moins que ça soit Urban Fantasy, c'est justement là où j'ai du mal à différencier ces deux genres.

Buffy idem que the Originals ou Vampire Diaries, sauf qu'il y a en plus son statut d'élu à prendre en compte.

Teen Wolf identique aux raisonnements précédents du coup. 

Grimm, Supernatural, Lucifer, Sleepy Hollow, Once Upon a Time (Si on remplace storybroak par Poudlard on serait dans de la low fantasy) donc j'hésite également entre Urban Fantasy et Low Fantasy.

Je ne connais pas toutes ces séries, mais d'après ce que j'en sais, ce sont toutes de l'urban fantasy smiley

Il y a juste Grimm pour laquelle je ne suis pas sûre. Comme je la connais mal, je ne sais pas s'il faut la ranger dans la low (un monde magique distinct de la Terre, mais connecté à elle [type Narnia]) ou si c'est de l'urban (un monde magique sur Terre mais seulement connus par quelques personnes ou par quelques types de créatures [type vampires, loups-garous, fées...]).
Et pour Once Upon a Time : il me semble, de souvenir, que les personnages font des allers-retours entre la Terre et le monde des contes. Si c'est ça, je la classerais aussi dans la low.

En tout cas, aucune n'est fantastique ou merveilleuse (en terme de genre).

Je rappelle tout de même que, pour qu'une oeuvre soit qualifiée de fantastique, il faut qu'on ne sache pas à quoi on a affaire : L'événement en apparence (j'insiste) surnaturel relève-t-il de la magie, de la folie, du rêve, de la science... ? Et, à la fin de l'histoire, on ne doit pas obtenir de réponse, le spectateur-lectueur doit être laissé dans le doute.
Or, dans toutes les séries citées, aucune ne laisse place à ce doute indispsensable. L'existence du surnaturel/de la magie est avérée et acceptée par les spectateurs, ce qui en fait de la Fantasy, de fait.
En outre, les thèmes abordés dans ces séries relèvent des thèmes propres à la Fantasy (et à la SF) et non à ceux du Merveilleux ou du Fantastique.

Ouais sur ce point on est d'accord, j'hésitais justement comme je le disais à Bruno entre la Low Fantasy et l'Urban Fantasy.

Grimm serait donc de l'Urban Fantasy ou du low fantasy ? Tout se passe sur la même terre, les créatures vivent dans la société même, cela va du maire au réparateur, mais en secret ce qui fait que les humains ne sont pas au courant de leur existence (à l'inverse de True Blood où tous les humains connaissent l'existence des vampires et vivent avec ce qui expliquerait l'urban fantasy pour moi).

Je n'arrive pas à bien faire la différence entre Urban Fantasy et Low fantasy. Buffy ou Vampire Diaries a pour moi par exemple les mêmes particularités qu'Harry Potter qui est de la Low Fantasy selon ton article. Où est la différence selon toi ?

Pour Once Upon a Time, je le classais dans le low fantasy également car je le rapproche de Narnia.

Selon ce que tu me dis, Grimm serait de l'urban.

Quant à Buffy et Vampire Diaries, je ne les connais pas assez pour pouvoir te donner un avis tranché et définitif. De même, pour Harry Potter : si avec la série de base il était clair, pour moi, qu'il existait une réelle séparation entre le monde magique et le monde sorcier, avec quelques rares passages de certains moldus vers le monde sorcier, avec l'extension de l'univers qu'on a suite aux Animaux fantastiques, au jeu mobile Les Secrets de Poudlard et aux divers ajouts sur Pottermore de la part de J.K. Rowling, j'ai de plus en plus envie de passer Harry Potter dans l'urban. La frontière entre le monde moldu et le monde sorcier devient de plus en plus mince et s'effrite au point que les deux mondes finissent par se rejoindre à bien des endroits. (D'ailleurs, il faut je pense à aller éditer mon article...)

Pour ce qui est de Buffy, je n'ai jamais vu un seul épisode en entier (et oui ! ^^"), mais de ce que j'en sais, c'était de l'urban en plein : le monde des vampires, loups-garous, Sydney Booth Angel, chasseurs de vampires, etc. est inclu dans notre monde mais est underground (connus de quelques personnes). Mais je peux me tromper puisque je ne connais que très mal la série.
Et Vampire Diaires, je ne connais que de nom. Donc, là, je ne m'avancerais pas du tout. wink

En effet Harry Potter se rapproche de plus en plus de l'urban je trouve également, mais il reste encore à mes yeux de la Low Fantasy.

Oh pour Buffy, ça a mal vielli en plus donc je ne te le conseillerais plus, il faut je pense avoir eu la chance de grandir avec pour l'apprécier et même comme ça je n'irai pas jusqu'à la mettre ma série préférée.

Tu avais raison pour le reste du coup, c'est de l'Urban.

 

Dernière reflexion sinon, promis après j'arrête haha. L'univers Marvel serait de quel genre selon toi du coup ?

LOL ! On en discutait justement hier avec mon mari ! XD

Je vais répondre pour l'univers en entier (et plus précisément au MCU) et pas par comic. Pour moi, je dirais de la Science-Fantasy : on retrouve autant de caractéristiques de la Fantasy que de la SF. Mais je crois que si on gratte un peu, tout pourrait être expliqué par la science. Ce qui en ferait donc de la SF.

Haha quel heureux hasard !

Ouais je placerais ça pareil que toi dans la science-fantasy du coup.

Salut ^^

Pour moi Buffy et Vampires Diaries/Originals sont différents d'Harry Potter dans le sens où les vampires et autres créatures magiques vivent intégrés à notre monde, ils doivent exercer des métiers humains pour survivre et n'ont pas de lieux spécifiques pour eux, auxquels les humains n'ont pas accès (Buffy et Vampires Diaries/Originals). Tandis que dans Harry Potter, les sorciers exercent des métiers pour eux, ils ne sont pas forcés de s'intégrer dans notre société. De plus, ils ont des endroits spécifiques pour eux, prenons le cas de leur hôpital où les moldus qui y pénètrent sont dans un magasin abandonné, alors que les sorciers arrivent dans un hôpital, après avoir donné un mot de passe.

Pour Once Upon A Time, c'est carrément de la Low Fantasy, le principe même de cette série, c'est que les personnages principaux passent tout le temps d'un monde à l'autre.

De plus, dans Harry Potter, les sorciers savent à peine comment les moldus s'habillent comme on le voit dans le Tome 4, alors que dans les autres séries, ils s'habillent tous de la même manière.

J'aime beaucoup ton raisonnement. En effet, vu comme ça il y a une grosse différence entre ces deux oeuvres.

Bon après, on peut citer le tome 6 je crois, où le 1er Ministre parle avec son confrère sorcier justement, ce qui laisse penser à une coopération plus proche entre sorciers et moldus que ce qui laisse paraître, mais pas suffisante il me semble pour le faire passer dans la Urban Fantasy.

Merci ^^

Justement, si on remarque bien, il n'y a qu'une poignée de sorciers qui sont "proches" des moldus. Les dirigeants qui doivent se mettre en relation avec les dirigeants moldus pour assurer la sécurité du monde magique. Et encore, si on se penche sur la scène du début entre les deux ministres on peut voir à quel point le sorcier prend ça avec légèreté. Il délivre vite fait ses informations sans prendre le temps d'aider le premier ministre à comprendre et repart aussi sec (quand on a des flash back du tome 4, par exemple, avec le tournois des trois sorciers). On voit quand même qu'ils communiquent pour l'essentiel, sans vraiment faire attention. On voit aussi au début du tome 4, justement pour les vêtements, que Croupton sait s'habiller comme un moldu, mais il est haut placé, alors que ceux qui sont moins haut placé ne savent pas du tout s'habiller. Même Arthur Weasley, qui a une passion pour les moldus est habillé étrangement aux yeux d'Harry. Et il existe des villages uniquement pour sorciers.

Pour Buffy, je ne suis pas d'accord. C'est vrai que Joss Whedon a pris pas mal de mauvaise décision, mais je trouve que c'est une série super. Comme tu le dis, je ne suis peut-être pas très objective parce que j'ai grandi avec. Malgré le fait que le créateur ai commis quelques impairs, c'est une excellente série. Je conseille quand même de regarder, cette série et son dérivé Angel (même si je n'ai regardé que pour un personnage qui arrive à la fin de la série ^^') m'ont beaucoup inspiré pour créer mon univers.

 

Ouais pour Harry Potter je suis entièrement d'accord avec toi du coup maintenant.

Ah j'étais un fan de Buffy de la 1ère heure aussi (Trilogie du samedi oblige), mais j'ai essayé de me refaire dernièrement la saison 1 de Buffy, que c'était dur de la finir (sans parler des effets spéciaux qui ont vraiment mal vieilli), surtout que j'accorde une importance très importante au scénario et à sa cohérence. Après je ne retire rien à Joss Whedon, il a révolutionné le genre, c'est grâce à lui que des séries comme Supernatural que j'affectionne particulèrement (Bien que sa crédibilité...) et d'autres ont vu le jour par exemple. C'est donc même normal que tu t'en sois inspirée.

En bref, pour Harry Potter, je penche plus vers la Low Fantasy, même si les deux mondes ne sont pas aussi séparés que dans Narnia ou Once Upon A Time. Parce qu'on ne peut pas dire qu'ils se côtoient beaucoup.

Fervente amoureuse de la série Buffy (je connais tous les épisodes par coeur depuis mes 8 ans), on pourrait la mettre dans le fantastique parce que dans un épisode de la saison 6, Joss Whedon a essayé de nous faire douter de la véracité de la série en nous montrant le personnage principal dans un hôpital psychiatrique, même si à mon sens, ça aurait pu être mieux traiter ^^

Pour les effets spéciaux, il faut aussi se remettre dans le contexte de l'époque. La trilogie de Star Wars a aussi des effets spéciaux calamiteux, je trouve. Le premier combat au sabre laser était une horreur ^^'

Effectivement, certains aspects de la série ne sont pas très cohérent, malheureusement et je le maudis même pour ça (comme d'autres)... Mais il a traité avec brio certains aspects comme l'homosexualité de Willow. Et justement, j'aime beaucoup regarder encore aujourd'hui cette série pour m'inspirer de ce qu'il a réussi en essayant d'amélirorer ce qu'il a mal fait :)

Ah pour les effets spéciaux je reste quand même assez clément. Après Star Wars a été fait en 1977, Buffy en 1997 (Bon je te l'accorde, il n'y a pas du tout les mêmes moyens pour tourner une série et un film haha). Pour Star Wars bizarrement, autant j'avais préféré la prélogie à la trilogie quand j'étais plus jeune, autant maintenant c'est le contraire, me focalisant beaucoup plus sur l'écriture des personnages, la cohérence et le scénario. C'est même d'ailleurs pour ça que j'ai autant de mal à apprécier les nouveaux...

Pour en revenir à Buffy, c'était avec Angel d'ailleurs quand même un top divertissement à notre époque, et je ne regrette pas d'avoir grandis avec, surtout pour tous les thèmes qu'ils ont traités.

C'est vrai qu'il y a un décalage entre les deux, mais l'idée reste là ^^'

Moi aussi, j'ai grandi avec la prélogie et je l'ai toujours préféré à la trilogie. Je trouve d'ailleurs dommage que beaucoup n'apprécie pas la prélogie à sa juste valeur, c'est pourtant sur ceux-là que Georges Lucas a le plus travaillé, puisqu'on se souvient qu'il est parti en dépression pour l'épisode IV et qu'il a pas fait grand chose pour développer son propre univers. Ce qui m'agace c'est les gens qui considère Georges Lucas comme un dieu, alors que ce sont les dessinateurs, scénaristes et acteurs qui ont fait de Star Wars ce qu'il est, maintenant. Mais bon, je ne vais pas me lancer là-dedans, il a quand-même donné l'idée de base et fait la prélogie. Il y a peu, j'ai redécouvert la trilogie et j'avoue que j'ai adoré, mais je trouve qu'il y a quand même une grande différence entre les deux, notamment pour le contexte de l'histoire. Les deux ont des incohérences et des histoires passionantes. La postlogie de Disney me déçoit beaucoup, en revanche, c'est comme un copié collé de la trilogie, mais dans le contexte de notre époque et plus des années 70... C'est dommage. Surtout qu'on bascule de plus en plus dans la Space-Fantasy que dans la Science-Fiction, même si Georges Lucas s'est inspiré de la magie pour la Force.

Je suis désolée pour le pavé, les rares personnes avec qui je commence à parler de ça, préfère éviter la conversation parce qu'ils n'aiment pas argumenter... ^^'

Ah sur ça nous sommes encore d'accord. J'aime bien Georges Lucas mais de là à l'idolâtrer... Tout le contraire pour moi de Tolkien par exemple. Après avant que Disney ne rachète les droits, il avait un univers quand même bien intéressant dans les livres, malheureusement cet univers n'en fait même plus partie. 

La prélogie est quand même mal si on ne veut pas trop regarder les incohérences, les combats au sabre sont top. Le gros soucis en vrai c'est Anakin, sur grand écran, toutes ses décisions sont trop mal amenées. Après ouais concernant la postlogie, je la considère comme du Star Wars réchauffé pour ma part, puis il y a 0 cohérence. Du coup maintenant quand je regarde Star Wars, j'essaye d'être déconnecté et me dire que je suis juste devant un bon film d'action, ce qui fait que j'apprécie toujours l'univers sans en attendre davantage.

Effectivement, on a basculé dans de la space-fantasy toute façon.

Oh pour ce qui est des pavés ce n'est pas un soucis, tu as un avis cohérent, dis pas mal de choses intéressantes, c'est un plaisir de te lire. Puis je suis critique sur pas mal d'oeuvres et j'adore en discuter également, bien que je n'ai pas toujours autant de temps que je le voudrais.

Je dois avouer deux choses avec honte. Mea Culpa. Je n'ai jamais lu Tolkien, c'est pas faute d'avoir essayé, mais son univers ne m'accroche pas suffisamment, malheureusement. Je suis la première à le déplorer. Mais ça n'enlève rien à tout ce qu'il a su faire, je l'admire beaucoup pour ça, et c'est bien pour ça que je déplore autant de ne pas réussir à lire ses oeuvres. La deuxième chose, c'est que je n'ai jamais réussi non plus à me pencher sur l'univers étendu de Star Wars (que Disney a si gentillement mis à la poubelle comme si de rien n'était, je ne vais pas me lancer sur ce sujet là, ça me révolte d'avoir détruit un si grand travail) et c'est justement parce que c'est si grand que je ne sais pas par où commencer et que je n'ai jamais eu le courage. C'est bon, vous pouvez me condamner à mort ^^'

Même si je ne suis pas fan des films d'actions, je trouve les scènes de combats au sabre particulièrement spectaculaire et plaisante, je crois même que c'est les seules scènes d'actions que j'aime voir. Pour Anakin, je trouve quand même que c'est bien traité. On voit le cheminement de ses pensées tout au long des films. Il faut se rappeler qu'il n'a pas été élevé par les Jedi, d'où le fait qu'il ne soit pas d'accord avec eux pour la plupart du temps. Et devenir un Sith par amour, pour protéger la personne qu'il aime, il n'y a rien de plus humain. Ce qui est moins logique, c'est que Yoda ai senti qu'Anakin basculait du côté obscur de la Force et qu'il n'ai rien fait. Qu'est-ce que tu trouves d'incohérent chez Anakin ? Je serais ravie d'avoir ton opinion ^^

Tu as complètement raison pour le Star Wars "réchauffé" et le manque de cohérence. La seule raison pour laquelle je suis la production de Disney, c'est pour voir ce qu'ils ont fait à la saga. Après tout, on ne peut pas juger de quelque chose si on ne le vérifie pas par soi-même ^^

Merci. Pour moi il ne suffit pas de regarder ou lire quelque chose sans rien en faire, ça ne sert à rien, je n'arrive pas à m'en passer, même si je comprends qu'on puisse aimer ne pas trop s'impliquer dans quelque chose, je suis incapable de le faire ^^'

J'adore critiquer les oeuvres que je lis ou regarde, moi aussi, et j'en ai malheureusement peu l'occasion. J'espère que tu auras pris autant de plaisir à cette petite discussion que moi ;)

Oh !!! C'est surprenant et rare en effet pour Tolkien. C'est peut-être la High Fantasy qui t'endigue. Après tu peux peut-être essayer les films si tu ne les as pas vu, ce sont quand même globalement de très bonnes adaptations.

Oh pour Anakin ça va partir dans un débat mais soit haha, son histoire déjà est bourrée d'incohérence (ça commence déjà avec Qui-Gon que j'adore mais qui bien sur avec toute sa logique l'emmène dans le 1 avec lui dans une guerre, c'est logique si tu veux être le plus en sécurité ce n'est pas en restant à Corruscant mais en allant sur Naboo que tu le seras). Puis vient le 2 et le 3. Alors dans le 2, son idylle avec Padmé sur grand écran est affreusement niaise (sans compter les dialogues qui n'aident pas) mais en se disant que c'est un gosse irréfléchi ça peut passer (il a 19 il me semble dans le 2 donc bon...). Là où j'ai le plus de mal avec lui c'est dans le 3. Ses actes (pas aidé par les dialogues sont absolument ridicule). Je m'explique :

- ça commence avec la mort de Dooku, Dooku sans mains vu qu'il venait de se les faire couper. Palpatine lui dis tue-le. Il réfléchit dis-non je ne dois pas, est désarmé tout ça mais finit quand même par le tuer. Aucune raison logique pour expliquer cette stupidité. Mais bon on va dire qu'il le fait car il avait encore la haine pour son bras perdu dans le 2 et qu'il n'a pas réfléchis (bien qu'on nous le montre ayant réfléchis).

- Anakin et sa relation avec Palpatine. Le chancelier lui parle sans arrêt des siths mais lui ne trouve pas ça inquiétant. La discussion sur la légende de Dark Plagueis par exemple et ses allusions (si on peut parler d'allusion vu comment cela est visible à des km) comme quoi les siths sont mieux que les jedis. Il finit quand même par comprendre à la fin quand il lui dis qu'il peut lui enseigner la force (Il était temps !!!). Les manipulations de Palpatine c'est vraiment quelque chose quand même.

- Vient LE passage du film. Windu venu arrêter Palpatine et qui décide de le tuer. Anakin brillant intellectuellement comme il est voit les 2 s'échanger des "c'est lui le traître !". Anakin qui venait de dénoncer Palpatine se doutait bien qu'il était un traître, sinon pourquoi le dénoncer... M'enfin il arrive ce qu'il arrive et Anakin coupe la main de Windu car celui-ci voulait tuer Palpatine après qu'il lui ait dis qu'il avait le pouvoir de sauver Padmé (pourquoi ne pas s'être interposé entre les 2 avec son sabre plutôt que de lui couper la main pour ensuite le capturer...). Anakin déprimé, se rend compte ensuite de ce qu'il a fait et donc au lieu de le capturer comme il était venu le faire, pense plutôt à devenir son disciple contre le secret de sauver Padmé (Palpatine lui avoue quand même à ce moment là qu'il ne l'a pas en totalité mais qu'à eux 2 ils le trouveront bien). Bon faut croire que ça lui va à Anakin ces mensonges permanents de la part de Palpatine car il accepte de le suivre.

- Du coup 1er ordre de Palpatine : Tuer tous les jedis pour lui donner le pouvoir de sauver Padmé (Alors qu'il venait de dire qu'il n'avait pas le secret, c'est clair que c'est logique...). Et bien entendu, il va le faire.

- Anakin contre Obiwan ensuite. On est d'accord qu'il fait tout ça pour sauver Padmé et ses enfants (Du coup qu'est ce qu'il fait, ben il perd la tête et l'étrangle à distance, c'est connu pour sauver celle que tu aimes, étrangle là). S'en suit le combat classe je te l'accorde.

- Enfin quand il apprend par Palpatine que Padmé est morte par sa faute. Personnellement à la place d'Anakin, je tue Palpatine (ou j'essaie du moins) sur le coup, ça aurait été logique vu il a rejoint le côté obscur pour sauver Padmé mais non...

Du coup pour apprécier le personnage, je dois me dire qu'Anakin est tout le contraire d'un surdoué (le niveau de Rantanplan) et ça n'aide pas franchement loin de là pour l'apprécier.

 

Ah je te comprends, et c'est bien dommage. Moi avec une amie on a décidé il y a quelques mois de se refaire le MCU en entier (mais je lui avais dis qu'à une condition que tu critiques derrière haha). Du coup, chaque oeuvre qu'on regarde (lire on n'a malheureusement plus autant le temps qu'avant), on débat derrière au moins 5 mins afin de lui donner une note C'est très plaisant je te l'accorde et on fait ça sur tout maintenant haha.

Au pire si tu aimes tant ça, il y a des sites comme sens critique qui ont des critiques et débats assez intéressants également.

Oui, je sais, c'est bizarre de pas avoir lu Tolkien, alors que c'est l'un des pères fondateur de la Fantasy ^^'

Je vais essayer pour les films (que je n'ai pas vu non plus, j'suis un cas désespérée ^^'), si tu dis que c'est une bonne adaptation ^^

Pour ce qui est du cas, d'Anakin, maintenant. Il y a des choses avec lesquelles je suis d'accord et d'autres non :

- Pour le premier film, quand Qui-Gon emmène Anakin sur Naboo, c'est vrai qu'il n'y est pas en sécurité, mais il n'a aucun endroit où le laisser, Anakin n'étant pas encore entré dans l'Ordre Jedi. Il est donc sous la seule responsabilité de Qui-Gon, même si on peut considérer ça comme irresponsable.

- Pour l'idyle avec Padmé, on va pas être amis. C'est mon couple préféré et pourtant mes personnages préférés sont Obi-Wan et Yoda, donc pour que j'aime un couple sans trop aimé les personnages, c'est qu'en général c'est bien traité (bien sûr, je n'ai pas la science infuse et chacun a ses propres goûts). Mais de là à qualifier les scènes de niaises ? Elles sont romantiques. Ils sont dans un cadre de paix, du moins quand ils sont sur Naboo et ils apprennent à se connaître. De plus, Anakin est amoureux de Padmé depuis qu'il l'a rencontré et elle a caractère doux et calme, donc les scènes à deux allaient être paisibles, je trouve que ça colle au couple. Et je suis tombée sur des films à l'eau de rose et c'était mille fois pire que ces scènes. D'ailleurs il n'y a que 10 scènes (oui, j'ai compté ^^') où ils sont deux. Les deux premières, ils parlent de l'Ordre Jedi et du Sénat (politique). La troisième, ils s'embrassent pour la première fois. La quatrième, ils ont leur premier rendez-vous (ces deux scènes là sont les seules qui peuvent être qualifiée de niaises et ce sont aussi les plus courtes). La cinquième, ils se disputent, plus ou moins, parce qu'ils s'aiment mais que c'est impossible parce que c'est un Jedi et elle une Sénatrice et que les deux seraient déchus de leurs fonctions. La sixième, elle prend de ses nouvelles parce qu'il a fait un cauchemar où il lui révèle qu'il a eu une vision de la mort de sa mère (pas très joyeux). La septième, où elle essaye de le rassurer après la mort de sa mère (toujours pas joyeux). La huitième, où ils décident d'aller secourir Obi-Wan (toujours pas joyeux). La neuvième, où ils sont sur le point de mourir et où ils se font leur adieu (ils ont le droit de se dire "je t'aime à ce moment-là, non ?). Et la dernière qui est la scène de leur mariage. Je suis désolée si ça peut te paraître agaçant ce très (trop ?) long paragraphe sur Padmé et Anakin, mais je n'ai fait qu'énoncer des faits. Donc, j'ai du mal à comprendre ce que tu trouve de niais là-dedans, puisque pour la plupart, il y a des tragédies.

- Pour la mort de Dooku, je suis d'accord. On voit Anakin refuser, hésiter, réfléchir. Mais en dehors de la colère, il n'y a pas de raison pour laquelle il l'aurait tué, surtout que ça semblait être un acte réfléchi et pas inpulsif.

- Pour la relation entre Anakin et Palpatine, je me suis aussi dit : "Mais t'a vu comment il parle, tu vois pas que c'est un Sith ?!". Cependant, Palpatine a toujours suivi Anakin de très prêt, il est comme un second mentor, depuis son enfance, au même titre qu'Obi-Wan, même s'ils passent moins de temps ensemble. Je pense qu'il devait s'aveugler, justement à cause de cette relation. Et il a la vision de la mort de Padmé dès le début du film, donc ça le perturbe, surtout si on ajoute à ça le fait qu'il n'est pas présent, mais Obi-Wan si. Et ça l'a fait s'éloigner de son ami.

- Pour la scène avec Windu, je comprends la réaction d'Anakin. Il est totalement perdu. Dans un premier temps, il dénonce Palpatine, mais à force d'être seul et avec ce que lui a dit le Chancelier, il commence à douter et il a un mauvais préssentiment. Quand il arrive, Palpatine le supplit de lui venir en aide et Windu est en position de force, d'un point de vu purement psychologique, tout le monde se range du côté du plus faible, ça attire plus la compation et Palpatine a justement joué dessus. Puis, Anakin ne veut pas que Windu tue Palpatine parce que c'est contraire à la règle Jedi, ils doivent l'arrêter et le faire juger, sinon, on appelle ça un coup d'état, parce qu'une fois mort, comment prouver qu'il était bien un Sith ? Personne ne connaissait Dark Sidious. Et en défendant Palpatine, il a commis l'erreur suprême. Au moment où Windu est mort et qu'il accepte ce que lui dit Palpatine, il est totalement désespéré. Il culpabilise à mort (exemple :"Qu'est-ce que j'ai fait", dit-il en pleurant juste après que Windu soit tombé). Pour lui, c'est déjà trop tard, la seule chose qu'il espère c'est pouvoir sauver Padmé. Il n'arrête pas de dire, en pleurant que c'est tout ce qui lui importe et qu'il ne peut pas vivre sans elle. Son comportement est largement cohérent. Entre désespoir, confusion, culpabilité et manipulations, tu ne peux pas affirmer réagir différemment dans une telle situation. D'ailleurs, en théorie, les personnes torturée et brisée psychologiquement présentent les mêmes caractéristiques que je viens de siter. Et elles font en général, n'importe quoi puisqu'elles ne savent plus à quoi se raccrocher. Et Anakin n'a qu'une certitude, une certitude que Palpatine ne lui a jamais enlevé pour être sûr qu'il le suive : protéger Padmé.

- Pour l'étranglement, c'est le côté obscur de la Force qui a repris le dessus car on peut le voir il a rapidement des effets néfastes (en même temps, vu toutes les horreurs qu'il a faites). Puis, il sentait sa... le seul mot que je trouve, c'est "capacité à vivre", donc si tu comprends. Pour Obi-Wan, il était en colère et il y avait le côté obscur de la Force, comme je l'ai dit. Ils se sont beaucoup éloignés. Il l'a vu aux côtés de Padmé pendant son accouchement alors que lui n'était pas présent et il lui reproche d'avoir monter sa femme contre lui. Et Obi-Wan n'a pas vraiment arrangé les choses en étant lui-même aussi tranché. Il lui a clairement fait comprendre qu'il se battrait contre lui. J'adore ce combat, il est tellement bien réalisé, aussi bien par les acteurs que par les effets spéciaux ^^

- Honnêtement, je me suis aussi dit qu'à la place d'Anakin, je tuais Palpatine. Mais sa colère s'est manifesté d'une autre manière. Il a broyé tout ce qui se trouvait près de lui. De plus, il avait déjà dans l'idée de s'en débarasser, comme on le voit juste avant le combat avec Obi-Wan. Et apparemment, il a essayé de le tuer plusieurs fois entre la prélogie et la trilogie et dans la trilogie, il dit clairement à Luke qu'ils vont tuer Palpatine. Mais bon, on était dans le comportement de la prélogie ^^'

Anakin est loin d'être mon personnage préféré, mais je le trouve cohérent (sauf pour la mort de Dooku) et très complexe. Il n'est pas non plus sans défaut, dès le départ on le voit arrogant et ce n'est que l'un des défauts que je siterai parce que je pense que si tu es arrivé jusqu'ici, tu en a probablement assez de lire TOUT ça. Je suis trop méticuleuse pour mon bien, je crois ^^'

C'est quoi le MCU ? Tu as de la chance de réussir à avoir quelques conversations avec ton amie. Je comprends, je regarde bien plus de films et de séries que je ne lis de livres et ça m'agace :'(

Je n'ai jamais trouvé de sites comme ça, j'y jeterai un oeil, merci ^^

Oh le côté niais que je reproche est surtout le côté pique-nique, et hop qu'on roule dans l'herbe et les dialogues n'aidant pas. Si ça c'est du romantisme... Et moi aussi étant bon public, j'en ai vu des scènes à l'eau de rose, vu je regarde(ais) pas mal de séries dites pour "fille", mais là ça m'a trop dérangé pour passer outre.

Le reste des scènes entre eux m'a pas dérangé plus que ça après.

Ah le comportement d'Anakin franchement pour quelqu'un de logique comme moi c'est très compliqué à expliquer. Le seul moment où je me dis il a une excuse, c'est si je me dis qu'il est réellement imbécile (D'ailleurs sans rire, il y a des sites que j'avais vu il y a quelques années qui avaient fait des études sur son comportement illogique et son profil psychologique, son côté je change d'avis à la minute, et c'était pas très flatteur comme tu peux t'en douter haha). Le reste je veux bien, le côté arrogant, agressif, rebelle font de lui un jedi pas comme les autres (Moi mon personnage préféré si je vais en sortir un dans Star Wars serait Qui-Gon ou Dooku justement à cause du côté rebelle) mais ça n'explique pas sa bêtise loin de là.

Tu as dis sinon "Anakin ne veut pas que Windu tue Palpatine parce que c'est contraire à la règle Jedi", en effet c'est bien mais lui avec Dooku juste avant, puis en tuant les enfants jedis, les chefs séparatistes ensuite qui sont désarmés, il change de principe comme il veut lui et également dis " ils doivent l'arrêter et le faire juger, sinon, on appelle ça un coup d'état, parce qu'une fois mort, comment prouver qu'il était bien un Sith ?" j'approuve ton raisonnement, mais Anakin vu le degré d'intelligence prouvé (S'il pense à ça, il peut penser à parer le sabre de Windu avec le sien, ça serait intelligent ça) ne peut pas avoir poussé sa reflexion aussi loin, il le fait juste pour Padmé et c'est tout. Après la bêtise du Conseil Jedi n'est plus à prouvé toute façon également (A croire qu'ils font un concours pour savoir qui va être le plus bête...).

Et franchement non ça reste incohérent sa transformation pour moi, il a fait une erreur et est désespéré soit, mais de là à écouter tout à la lettre ce que lui dis Palpatine (alors qu'il le dis juste avant il n'a pas réellement le moyen de sauver Padmé mais à 2 ils vont bien le découvrir) et aller tuer les jeunes jedis ensuite (A titre d'exemple, ça serait comme si tu avais causé la mort d'un de tes proches car tu avais agis bêtement, tu es brisée, déséspérée, et je te manipule en disant, il faut tuer tous le reste de ta famille si tu veux être à mes côtés, j'ai beau être très charmant haha, ça m'étonnerait que je puisse te faire faire ce que je veux.) Là Anakin a juste à le capturer, c'était la réaction la plus logique pour moi.

Ah pour ce qui est du combat Anakin vs Obi-wan j'ai adoré également, c'est pas un soucis de ce côté là.

Ouais puis même une fois en Vador avec la combinaison, il ne peut plus rien contre Palpatine je pense. C'est sa combinaison qui le maintient en vie, du coup il n'a plus aucun avantage pour le renverser.

Le MCU c'est le Marvel Cinematic Universe. C'est tous les films de super-héros au cinéma + les séries (l'univers télévisé quoi).

C'est étrange pour le côté niais. J'ai toujours détesté tous les films ou toutes les séries à l'eau de rose. Pourtant je n'ai aucun problème avec la scène du pique-nique, c'est vrai qu'elle peut paraître un peu inutile pour l'intrigue, mais elle était destinée à montrer comment ils s'entendaient, c'est plus comme une paranthèse entre les scènes de combats, d'enquêtes, celles au Sénat, au Conseil Jedi. Je pense pas qu'il faille détester ce film juste à cause de cette scène, malheureusement, beaucoup le font.

A propos de la psychologie instable d'Anakin, j'avais lu qu'on pouvait le rapprocher d'une maladie dont je ne parviens pas à me souvenir du nom, donc si tu en as entendu parler. Je suis aussi très logique et je ne vois pas trop d'incohérence dans l'évolution du personnage. Pas besoin d'être imbécile pour se tourner vers le mal par amour. D'ailleurs, Nietzsch disait : "Ce que l'ont fait par amour, l'est toujours au-delà du bien et du mal". Et je trouve que ça résume parfaitement la réaction d'Anakin dans le troisième film. Même si Palpatine lui dit qu'à deux, ils trouveront le secret pour sauver Padmé, c'est mieux que de se dire que seul il n'y arrivera jamais parce que seuls les Sith possèdent cette connaissance.

Pour Windu, il a paré avec son sabre laser, au début. Mais il a bien pensé à la règle Jedi, sinon il ne l'aurait pas mentionné, il n'aurait pas non dit qu'il fallait le juger. Parce qu'il faut bien penser pour parler. C'est vrai que ça peut paraître hypocrite si on se souvient qu'il a tué Dooku, au début, mais il faut aussi se souvenir qu'il ne le voulait pas au début. Je trouve que ça montre un certain attachement aux valeurs Jedi qu'on lui a enseigné depuis ses 9 ans. Tu parles du meurtre des enfants Jedi et des Séparatistes, mais il faut se rappeler qu'il n'a commis ces actes qu'après la mort de Windu et avoir perdu tout espoir, comme je l'ai dit précédemment, il est faible, facilement manipulable et désespéré à ce moment là. Même avec le côté incohérent de sa personnalité, on ne peut pas retirer la cohérence de cette scène. C'est un état psychologique largement compréhensible. Surtout qu'il a l'air d'être malade, dépressif et plongé à fond dans le côté obscur de la Force quand il commet ses meurtres, comme s'il voulait éviter d'y penser, d'ailleurs il a fait très attention à ce que R2D2 ne voit pas les meurtres qu'il commettait, alors qu'il l'emmène toujours partout, même pour les combats. Le seul moment où il retrouve un visage à peu près normal après la mort de Windu, c'est quand Padmé le rejoint. Et le meurtre des jeunes Jedi n'est pas un exemple, c'est le début de la purge Jedi qui visait à détruire tous les Jedi existant dans la Galaxie, ils n'allaient pas laisser des enfants en vie. Moi, j'aurais jamais pris un tel risque. Pour la bêtise du Conseil Jedi, je suis entièrement d'accord ^^

Tu compare l'assassinat des enfants au meurtre de ta famille et je crois que tu te trompe de comparaison. Tuer des enfants, c'est horrible et révoltant, mais ça n'a pas la même porté que tuer un membre de ta famille. Tu connais ta famille depuis ta naissance, tu les aime... Tu peux en dire autant pour des enfants que tu connais à peine parce que tu ne leur enseigne pas et que tu passe le plus clair de ton temps à mener des batailles ?

Je pense que tu as du mal à comprendre que quand l'état psychologique d'une personne est brisée, tu peux lui dire n'importe quoi et il le fera, même si après il reprend confiance en lui, tu as profité du seul moment où ça n'allait pas pour lui faire une sorte de lavage de cerveau. Vu son état c'est pas compliqué.

Pour l'armure de Dark Vador, effectivement, Anakin n'a plus aucun avantage sur Palpatine et il l'a justement fait exprès. Chaque mouvement est douloureux, il ne peut pas utiliser les éclairs et on voit bien qu'il se fait facilement maîtriser par son fils dans l'épisode VI, donc contre Palpatine...

Je regarde pas beaucoup tout ce qui est univers marvel, il y a tellement d'adaption. Je pense qu'à un moment il faudrait se stopper ^^'

Oh ce n'est pas mon cas, l'épisode 2 même s'il est le moins bon à mes yeux reste tout de même très agréable à regarder. La dernière partie est juste sublime. Ce que les gens reprochent en plus de la relation entre Anakin et Padmé sont les incohérences du film et surtout sur le début très long du film. Après il y a aussi les 1ers fans de la Trilogie qui ont joué un rôle dans cette détestation de la prélogie (qui est d'ailleurs de plus en plus appréciée), comme les fans de la prélogie jouent un rôle dans la détestation de la nouvelle trilogie je pense, qui pour les jeunes de nos jours est bien meilleure que les anciennes (merde ce raisonnement ferait de moi un vieux alors...).

J'appelle ça la psychose moi perso sa maladie. Concernant justement ses dialogues avec Windu, on peut penser qu'il pense ouais sur ça je te rejoins, du coup comment se fait-il qu'il lui coupe la main au lieu de contrer son sabre avec son sabre, c'est largement faisable surtout pour Anakin (mais bon à ce moment-là il ne pense plus visiblement, il doit être très limité pour penser je pense, lui ce n'est pas des éclairs de génies dont il fait preuve mais bien de l'inverse...)

En fait c'est compliqué sincèrement le comportement d'Anakin, si on est logique, c'est vraiment dur de se mettre à sa place et de faire des choix aussi peu judicieux (maladie ou pas). Après dans ce monde la bêtise est très présente, notamment dû à l'amour d'ailleurs (les gens qui ne raisonnent plus tout ça), mais bon c'est vraiment trop poussé à son paroxysme là et surtout trop rapide son changement (surtout à l'écran), et pourtant j'adore les tragédies grecques. Ce que je lui reproche même dans un état psychologique instable dont il était victime c'est vraiment la mort des enfants (Palpatine a raison de les tuer, à sa place je fais pareil là n'est pas la question), mais dans quel cas tu peux te dire vu j'ai causé la mort de Windu je vais continuer maintenant en tuant tous les enfants jedis (C'est de ça que ma comparaison parlait d'ailleurs, les jedis sont une famille entre eux, d'ailleurs il considère Obi-wan comme son père, il était l'idole des enfants du temple, il a d'ailleurs même pris un apprenti qui a mal finis d'entre l'attaque des clones et la revanche des siths et qui a encore joué dans le fait qu'il soit lamentable encore plus vite je veux bien, et justement il s'en rend très bien compte de ses conneries car il n'emmène plus R2D2 avec lui pour éviter qu'il voit les meurtres).

Mais en soit, je peux comprendre notre manière différente de voir les choses ici bien que je ne changerais pas d'avis sur son degré d'intelligence haha. Après il a en plus de Padmé une autre excuse à sa décharge, celle des Jedis qui sont incompétents dans l'histoire et qui sont très bêtes eux-aussi du coup (surtout pour des sages) et qui l'ont peut-être encore plus mal éduqué que ce que je pensais haha.

Oh vu comme c'est parti, on en a pour encore une bonne dizaine d'année minimum sur les comics à la TV. Tant que ça marche, ils n'ont pas de raison d'arrêter (il faut que j'aille voir Captain Marvel qui sort demain au ciné cette semaine d'ailleurs, ce qui montre bien leur réussite haha) mais c'est vrai que c'est galère de tout suivre, surtout qu'ils mettent même les séries tv en lien en plus donc bon...

Mais tu risques d'être déçue si tu espères un arrêt des comics haha, à titre d'exemple la fantasy était revenu sur le devant de la scène comme ça justement avec le Seigneur des Anneaux et Harry Potter et elle est encore très présente et appréciée à l'heure actuelle (il suffit de voir l'engouement, à juste titre, autour de GoT).

Ajouter un commentaire